AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
B.B a fermé ses portes. Bye

Partagez|

Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lucrézia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 411

■ Inscrit le : 12/11/2012

■ Localisation : ici et ailleurs
■ Age : 26


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Jeu 22 Nov - 19:42
    La semaine passé, j’étais en « vacances », du moins pour les humains. Les humains-collègues travaillant avec moi était tellement content de mon travaille que j’avais effectué au près d’un patient qu’ils m’avaient généreusement offert une bonne paye en plus de ce que je touchais déjà et m’avait dit de prendre une semaine de repos bien méritée. Les humains sont parfois très … stupides, réussir à avaler une bague de fiançailles faut le faire. Mais bon, je passerai les détails de l’opération. Après avoir enlevé la bague logé dans l’estomac de la personne et rendu la bague dans un état aussi brillant que s’ils venaient de l’acheter j’avais effectivement eu le droit a un peu trop de félicitation que je l’aurais voulu. Avec le don de téléportation, ce n’était pas très compliqué faut dire.

    Par ce matin frais, je reprenais donc mon service. J’allais immédiatement dans le bureau des infirmières pour savoir quels cas devrais-je m’occuper en premier, le plus intéressant. A vrai dire, je cherchais une attaque de loup, dans la région il y en avait tellement que je m’étonnais ne voir pas plus d’attaque d’anomal sauvage que sa. Foulure au poignet, indigestion, pneumonie sévère, thrombose du foie … rien d’intéressant en somme, ah mais que vois-je ?? Un patient venait juste d’arriver il y à peine une heure, il avait été attaqué par un animal sauvage, mais ce n’était pas préciser le genre. Je regardais le dossier plus en détail, un jeune homme de 25ans à peine, c’était parfait.

    Je partis me changer et mis une robe légère plus courte que ma blouse d’infirmière. Le but était de lui faire croire que je n’avais rien en dessous, je me rajustais de manière a être sur de captiver son attention et qu’il réponde a mes questions sans poser aucune résistance. Je détachais mes cheveux et ne mis pas l’espèce de chapeau affreux qui allait avec la tenue, pris le dossier et me dirigeai directement dans vers sa chambre.

    Je toquai a sa porte et après un petit oui ensommeillé j’entrai, l’effet de ma blouse donna son effet. Je n’étais pas télépathe mais j’aurais juré qu’il pensait quelque chose du genre : est-ce qu’elle ne porte rien en dessous ? Je lui fis un de mes plus beau sourire et m’avancer vers lui. Je commençai par me présenter et lui poser quelques petites questions sur son attaque. A son rythme cardiaque et lorsqu’il déglutissait je n’avais aucun doute sur le fait qu’il avait beaucoup de mal à ce concentrer. Il fut très gentil et répondit à toutes mes questions sans n’omettre aucuns détails. Puis je lui demandais par quelle sorte d’animal il avait été attaqué, la morphine commençait à faire effet, et je dus répéter ma question a deux reprises.

    Je n’eus pas le loisir d’entendre sa réponse, qu’il s’endormit, ce n’était pas veine. Je lui mis quelque gifle légère dans l’espoir qu’il se réveille mais c’était peine perdu. J’envisageai de lui mettre la main dans la prise électrique pour le réveiller mais je secouai la tête. Sa pourrait le tuer. Quoique un tout petit choc de une seconde ou deux ? Non bon d’accord. Je ne le ferais pas, même si c’était très tentant. Je pris un chargeur électrique que les vieilles mémés ont dans leur sac pour se défendre contre les individus louche, je le réglais au minimum pour le réveiller et aller lui appliquer la petite dose quand j’entendis un bruit de pas familier dans le couloir de l’hôpital. Je posais l’appareil et renifler l’odeur pour savoir a qui j’avais a faire un vampire pour sur, mais qui ?

    Je me retournai et souris :


- Démétri, cela fait plaisir de te voir.



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Jeu 22 Nov - 21:46
Volterra... Cela fait tellement longtemps que je vis ici que je connais chaque personne de cette ville. La plupart de mon temps, je m'assois sur le toit du Château pour observer et écouter la vie des misérables humains. J'observai chaque faits et gestes, chaque mouvements, les humains sont tellement naïfs et stupides. La plupart des filles croient au comte de fées tandis que les hommes pensent au nombres de leur conquêtes. Mais ce temps avait l'air d'être révolu. Depuis quelques temps, j'ai l'impression que le phénomène c'est inversé. Les hommes ont l'air de plus souffrir que les femmes ce qui ne m'étonne pas. Elles sont si cruelles quand elle le veule... C'est pour cela que la plupart de mes victimes sont des filles. Je choisis celles qui détruisent le plus le cœur des hommes et je les tue lentement. Je m'occupe d'abord de leur cœur en les charmant et leur faisant croire que cela ne servait à rien de chercher le prince charmant car c'était moi le prince. Elles tombent tout le temps sous mon charme. Une fois cela acquis, je leurs brise leurs cœur en les repoussant. Meurtries, elles pleurent durant des jours et la moitié veulent se suicidé. Mais je ne leur laisse pas cette joie car j'arrive prés d'elle leur disant que je suis désolé. Heureuses elle se jettent dans mes bras et c'est à ce moment que la partie devient amusante car je l'es emmène dans la forêt et mords leurs cou pour aspirer un quart de leurs sang et je disparais. Apeurées elles courent partout dans la forêt et je les vident de leurs sang petit à petit. Mais ma dernière victime me fit un choque. Elle ressemblait étrangement à Lucrézia. Peut être était-ce moi qui devenait fou mais elle avait le même sourire. Celle ci je voulu la laissé en vie mais ma soif était trop grande alors je n'ai pas résisté et lui ai aspiré tout son sang. Mais elle m'avait fait repenser à Lucrézia.

Lucrézia.. Je devais la retrouver, peut être que maintenant elle ne se cachait plus vu qu'elle a du s'en doute m’oubliai. Je sortit de mes pensées et descendit du toit pour aller directement dans la salle des trônes. Aro s'y trouvait comme à son habitude avec Caïus et Marcus, je voulais lui faire part de mon envie de retrouver Lucrézia. Mais je ne voulais pas parlé de la vrai raison de mon intention devant Caïus car je sais que ce dernier refuserai juste pour me voir souffrir. J' utilisa comme arguments devant les autres que c'était pour la faire revenir dans nos rangs. Mais comme à son habitude cela ne suffit pas à Aro et je lui donna ma main pour qu'il comprenne mes réelles intentions. Il accepta mais ne me laissa que trois jours. Je le remercia et partit sur le champs, heureux d'avoir enfin le droit de quitter le château sans escortes. Je n'avais pas le temps pour prendre l'avion et cela aurai attardé mon trajet. Une fois devant le château, j' huma l'air et sentit l'odeur si particulière de Lucrézia, elle se trouvai à Forks. Non mais qu'es ce qu'elle faisait là- bas ? Dans ce territoire de vampires mangeurs de biches ? Je lui poserai les questions le temps venu Je couru sans me faire voir par les humains jusque le bord de la falaise la plus proche et plongea dans le fond de l'océan pour rejoindre les cotes américaines. Je ne mis que 2 heures pour rejoindre Washington.

Arrivé sur place, ma gorge me criai qu'elle désirai son cota de sang. Je ne l'a fit pas prié et choisis sa comme victime un homme de mon age habillé en Business-Man, j'aimais bien ses habits et décida de l'emmenai dans le parking souterrain d'un immeuble. Je détruisit toutes les caméras du parking pour ne laissé aucuns témoins et aspira tout le sang de ma victime sans en perdre une goutte. Je lui débarrassa de ses vêtements pour les enfilés et me regardé dans la vitre de la voiture la plus proche, hum cette tenue de Business Man m’ allai plutôt bien, je ressemblai à cet homme dans les films qui étaient agent secret. James Bond, s'appelait il. Cela n'était pas à mon habitude de volé les affaires des humains mais je n'avais pas le temps de faire les boutiques. Je partit aussitôt de cette ville et son bruit assourdissant pour partir direction l'autre bout du pays.



Je ne mis réellement que 2 heures pour traversé les États-Unis. J'étais enfin arrivé dans cette ville me rappelant la défaite contre les Cullen. Forks. Cette ville puait le loup à plein nez comment Lucrézia pouvait elle vivre ici ? Mon odorat me fit conduire à l'unique hôpital de cette ville. Je n'y croyait pas un mot. Qu'es ce qu'elle faisait la bas ?
Je marcha comme les humains et partit direction l’accueil pour demandé des renseignements. Je ne pouvais débarquer et foncé directement vers elle car cela aurai éveillé des soupçons chez les humains. La secrétaire me recommanda d'aller au 3éme étage, je la remercia et partit directement. Heureusement, qu'avec les années, je sais me contrôlé car tout ce sang me donné envie de mordre le premier venu. J'arrivai devant une porte d'une chambre, je l'ouvrit et entra.

Elle était la devant moi avec entre les mains un espèce de défibrilateur. Elle travaillé donc ici..Je la regarda et vit qu'elle n'avait pas changé, elle était toujours aussi magnifique, ses longs cheveux brins lui tombé en cascade sur ses épaules et elle était habillé avec une robe blanche assez moulante qui lui allai a ravir. Je ne savais pas que les infirmières étaient aussi sexy sinon cela ferai longtemps que je les aurai choisis comme proies. Elle m'avait tellement manqué que j'avais envie de la serrer dans mes bras. Mais je n'étais pas venu ici pour faire comme si de rien n'était. Je voulais des explications à son départ fugitif. Elle me regarda et souri :

- " Démétri, cela fait plaisir de te voir. "

Elle n'avait pas l'air surprise que j'arrivai, on aurai eu l'impression qu'elle attendait ce moment. Je la regarda de haut en bas et lui sourit :

-"Pas autant que moi ma chère Lucrézia. Tiens, c'est étrange, tu te rappelle de moi "
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lucrézia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 411

■ Inscrit le : 12/11/2012

■ Localisation : ici et ailleurs
■ Age : 26


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Jeu 22 Nov - 22:23
    Démétri, il n’avait pas changé depuis le temps que j’étais partit de Volterra. Le revoir faisait remonter tellement de souvenir des bons comme des mauvais. Le temps que j’avais passé a Volterra faisait partit surement de mes meilleures années de vampire, surtout quand Démétri nous avait rejoins. Il faut dire que nous avions passé de très bon moment à jouer à cache-cache, surtout quand il avait trouvé son don. Trouver n’importe quelle personne au monde. Mais dans mon cas, c’était un peu plus dur. Non seulement ma structure moléculaire était en constant déplacement même si je ne bougeais plus, et lors de nos partie de cache-cache, nous ne jouions pas selon les règles des humains. Dés que je le sentais arriver, je me téléportais dans une autre portion du bâtiment … ou de la ville. Cela pouvait durer des heures, jusqu’à temps qu’il réussisse à me surprendre, mais nos parties n’avaient pas de réelle fin.

    Cela me manquait énormément, de toute la garde et en tant que homme Démétri est surement celui que j’avais apprécié le plus. Il me manquait ainsi que Renata, mais Aro avait pris sa décision la chasse au loup était terminé. Et cela je ne pouvais le tolérer. Je restai persuadé qu’il restait un loup quelque part, loin de nous ou peut être même très prés. Et depuis ma naissance de vampire je ne restai en vie que pour une seule chose : la traque des loups et les tuer jusqu’au dernier. Je savais qu’il en restait au moins une. Et cette louve là, tant que je n’aurais pas vu sa dépouille ou que je n’aurais pas réussi à la guérir ma traque ne prendrait jamais fin, même si je devais des sacrifices que je regretterais, comme m’en allais des Volturis.

    Je chassais ces souvenirs désagréables de ma tête pour faire face à mon interlocuteur. Il portait un smoking d’homme d’affaire qui ne pouvait échapper à mon regard, je souris surement sa dernière proie, excellent choix Dém, les hommes d’affaires sont tellement égoïstes et se croivent tout permis que rien que l’idée de les saigner me donner soif. Bien sur il portait toujours à son cou la marque des Volturis, un V dans une chaine d’or. J’avais rendu la mienne a Aro avant que je ne parte, même si j’avais gardé un de ces symbole dans un coffre bien rangé chez moi.

    Il me répondit que cela lui faisait plaisir de me voir et il ajouta que c’était étrange que je me souvienne de lui. Comme si je pouvais l’oubliais ?
    Je fronçais les sourcils ne comprenant pas ou il venait en venir et je lui répondis :


- Bien sur que je me souviens de toi, tu n’es pas une personne qu’on oublie si facilement. Tu marques les esprits profondément tu sais.

    Derrière moi les battements de cœur et la respiration du patient m’appris qu’il allait bientôt se réveiller. Je jetai un regard en biais au patient et pris une seringue dans le tiroir pour lui injecter de la morphine, hors de question qu’il ne réveille et dévoile tout a quelqu’un d’autre et encore moins a u stupide d’humain.
    Je me retournais vers Démétri et d’un signe de tête je lui désignais la fenêtre :


- Une balade pour se remémorer le bon temps ?



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Ven 23 Nov - 22:48
Je savais que la vrai raison de son départ, était le fait qu'elle ne voulait pas abandonnée la chasse aux loups. Si à l'époque, elle m'aurai demandé de l'accompagnée, je serais partit même si je sais très bien qu'Aro me l'aurait interdit. Mais elle aurai au moins pu faire l'effort de me prévenir. Peut-être que lors de son départ je n'étais pas là, j'étais partit avec Félix pour aller tué un enfant immortel. Elle ne m'avait laissé que ce mot dans ma chambre : "Adieu". C'est vrai que ce n'étais pas exactement les mots que j'attendais mais bon je n'avais pas eu le choix, je devais me contenter de ses 6 lettres. Je me rappelle encore que pendant au moins 3 ans, je me nourrissais à peine et quand c'était le cas, j'étais impitoyable avec mes victimes, comme si les voir souffrir, me rassurer que je n'étais pas seul sur Terre.

Mais je le savais qu'au fond de moi, ce n'était pas après elle que j'étais en colère mais après moi même. Pourquoi avais-je fermé les yeux sur notre relation? A l'époque je n'aurai jamais imaginé qu'un jour, je l'aimerai à ce point. Oui, on était très proches et bien plus qu'amis mais cela n'a jamais était plus loin, comme de vraies sentiments. Même si quelques fois, nous avions déjà dépassé quelques limites mais cela n'a jamais vraiment était de l'amour pure, Cela ressemblai plus a du désir, de la passion mais non de l'amour. C'est seulement après son départ que je me rendis compte à quel point elle était importante à mes yeux.

Au château, je me sentais seul et chaque moment passé à la bibliothèque du château je pensé à elle, espérant qu'un jour elle ré apparaitrai juste là devant moi. Mais bon, personnes au château ne l'avait remarqué car pour ce genre de choses j'étais assez renfermé sur moi même, sauf bien sûr Aro qui adorait lire dans mes pensées, comme il le dit si bien il me trouve « Fasciiiinant ! » car je renferme tellement de choses à l'intérieur de mon esprit que de l'extérieur, on ne pouvait se douter que j'allai mal. Mais quand il vit que j'étais tellement en manque de Lucrézia, cela avait l'air de le contrarier, mais je ne pouvais lui demander car avant tout, il était mon supérieur.

Je sortit de mes pensées et vit que Lucrézia me regardai en fronçant les sourcils, bien sûr elle ne comprenait pas pourquoi je lui disais sa, ce qui ne m'étonnait pas.

- « C'est juste que cela m'étonnes, car cela fait 62 ans que tu es partis et tu ne m'a laissé aucunes nouvelles.. Tu sais très bien que je ne pouvais te courir après n'est-ce pas ? »

L'humain présent dans la chambre commençai à se réveilla, Lucrézia réagissa au quart de tour et lui injecta un produit dans les veines. Certainement de la morphine. Lui brisé le cou aurai était plus rapide mais je ne penses pas que suite à cela, elle serai bien vu par ses collègues.


Elle me proposa une balade en dehors de cet hôpital, heureusement car j'allai devenir fou avec tous ses litres de sang à ma porté. Je la regarda et ma colére s' effondra, cela ne servait à rien de regretter le passé, autant profiter de l'instant présent car je sais très bien que dans quelques jours, je devrais repartir et je n'aurai plus aucunes nouvelles. Je lui souris et lui dit :


- « Tu as raison, allons y en souvenir au bon vieux temps ! »
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lucrézia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 411

■ Inscrit le : 12/11/2012

■ Localisation : ici et ailleurs
■ Age : 26


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Lun 26 Nov - 21:13
- C'est juste que cela m'étonnes, car cela fait 62 ans que tu es partis et tu ne m'as laissé aucunes nouvelles... Tu sais très bien que je ne pouvais te courir après n'est-ce pas ?

    A ces mots, je me sentis bizarrement mal, plus que ce que mon statut de professionnel ne l’aurait voulu. Je baissai les yeux, honte de moi-même, même si je savais que c’était la meilleure chose que j’ai pu faire pour lui. Je savais que si je lui avais dit la pure vérité, il m’aurait suivi, risquer sa vie ou tenter de m’en dissuader, l’un comme l’autre n’était pas envisageable.

    C’est pour cela que j’avais décidé d’aller voir Aro, tout d’abord pour tenter de le convaincre de garder la chasse aux loups ouverte. Mais il refusa. Alors aux prix d’un grand effort, j’avais dis à Aro que je quittais les Volturis pour poursuivre ma chasse seule. Aro avait voulu prendre ma main, mais j’avais reculé d’un pas lui demandant de ne rien savoir au nom de notre … amitié de longue date et de la confiance que nous avions partagé.

    Dès qu’Aro avait envoyé Démétri en mission, je m’étais glissé dans sa chambre pour lui remettre un mot. Il n’était pas long, pas aussi long que celui que j’avais initialement prévu et que je gardai secrètement dans une boite au fond de mon armoire dans mon appartement. Au final, le mot que je lui avais adressé disait seulement « adieu ». Mais j’aurais voulu tellement lui en dire plus, tellement. Mais je pensais à ce moment la qu’il était mieux ainsi qu’il ne sache pas les raisons de mon départ, car je savais qu’il aurait voulu m’accompagner et m’aider, mais je ne pouvais le laisser faire c’était bien trop dangereux.

    Je relevais un regard rempli de tristesse sur Démétri quand il acquiesça à ma demande pour un tour dehors. J’hochais la tête, enlevait ma blouse d’infirmière, dévoilant ainsi ma légère robe couleur crème que j’avais mis en dessous, ouvrit la fenêtre et sautai. Je courus jusqu’à une clairière, en prenant soin que Démétri me suive toujours, que je ne le perde pas une nouvelle fois et m’arrêtais prés d’un ruisseau en forêt.

    Une fois qu’il m’eut rejoins, mon regard se voila de tristesse une nouvelle fois et avant qu’il ne parle je l’interrompis :


- Je suis désolé Démétri, tellement désolé. Mais si je t’avais laissé le premier je… plus d’explication à mon départ, tu aurais voulu me convaincre de me laisser, ou tu m’aurais suivi, et je ne voulais pas qu’il t’arrive quoi que ce soit par mes erreurs passé.

    Je baissai les yeux et lorsque je les relevais, plus aucune tristesse ne semblait être à l’intérieur de mes lentilles de couleurs vertes.


- Ne nous remémorons pas un passé douloureux, et si tu me parler de tes missions les plus savoureuse ?



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Mar 4 Déc - 21:13

Elle acquiesça et enleva sa blouse, ce qui dévoila une belle robe crème. Elle était juste magnifique, cette robe était taillée pour elle. Bon peut être un peu courte mais cela lui allai parfaitement bien. Elle ouvrit la fenêtre et sauta, je fis de même pour la suivre, elle se retourna pour voir que je la suivais toujours, je lui sourit et elle s'arrêta prés d'un ruisseau, elle me regarda tristement, je voulais la prendre dans mes bras pour la rassurer, je n'aimais pas la voir triste surtout de ma faute. Lucrézia m'avait peut être fait du mal mais cela ne devait peut être pas être volontaire et moi je lui reproche de m'avoir laissé sans même avoir pensé à ce qu'elle devait ressentir.

Elle m'expliqua qu'elle était désolé, qu'elle ne m'avait laissé aucunes explications car elle ne voulait pas qu'il m'arrive quelque chose à cause d'elle. Aprés tout elle avait peut être raison, Aro ne m'aurai jamais laissé partir avec elle et je ne sais pas si j'aurai réussi à quitter le château. En effet, je suis et je serais toujours éternellement reconnaissant envers Aro car sans son intervention, je serais au jour d'aujourd'hui qu' un pauvre tas de poussière restant ignorant de ce monde si riche en connaissance. Le fait d'être un vampire me plaît énormément et je me demande souvent comment une vie humaine doit être ennuyante et tellement rapide. Ils n'ont à peine un centenaire (et encore) pour vivre vraiment leurs vie. Ce qui est tellement court, c'est pour cela que je n'ai jamais compris pourquoi ils préféraient passés un quart de leur vie derrière les banc de l'école, 2 quarts de la vie au travail et ensuite profité de la vie à seulement 60 ans, alors qu'il leur reste 2-3 décennies, ce qui est très court. Ils devraient profités et vivre chaque instant comme si c'était le dernier. Mais malheureusement, seules quelques uns d'entre eux ont compris.

C'est vrai que des fois je n'ai qu'une envie c'est de quitté le château et vivre ma propre vie mais je suis sure qu'avec le temps, Volterra me manquerait. Et puis, c'était sa cause et non la mienne. Elle voulait chassés les loups jusque aux derniers pour sa vengeance personnelle, je ne pouvais pas l'aider, je devais la laissé réglé ses comptes seule et plutôt espéré que cette envie de vengeance disparaisse de son esprit pour qu'elle revienne au château.
Je sorti de mes pensées et allai lui dire que cela ne servait à rien de rechasser le passé, qu'il fallait profité de nos retrouvailles mais elle ne me laissa pas le temps de répondre et me dit exactement ce que je pensais et qu'elle voulait que je raconte mes missions les plus savoureuse.
Je lui sourit et lui dit : 
«Ne sois pas désolé, le passé restera à jamais le passé, on ne pourra jamais le changé. Mais on peut faire une chose. Je m'approcha d'elle et la serra dans mes bras.
On peut l'oublié un instant ou toute une vie et vivre l'instant présent sans s'en soucié et c'est exactement ce que je voudrais avec toi. Tu ne peux pas imaginé à quel point tu m'a tellement manqué.  »




Je la relâcha, lui souria et plongea mon regard dans le sien
« Je n'ai pas de missions très savoureuse en tête mais actuellement, je suis sur une mission assez difficile. Je ne suis pas sûr d'y arriver, il ne s'agit pas de tuer une armée de nouveau nés ou de trouvez des loups sanguinaires, non. Je dois ramener une personne au château, cette personne connait déjà ses lieux, elle y a vécu longtemps mais elle les a quitté pour une décision..Par rapport à son passé. Et depuis, le château a perdu quelqu'un de très important, il y a comme un vide. Certaines personnes en ont souffert, d'autres l'ont oubliés et d'autres espèrent son retour. Moi je fais partit de la dernière catégorie. Si un jour, tu croise cette personne, dis lui de revenir, parce que je peux te promettre qu'elle me manque terriblement et que de vivre sans elle et sans pensé à elle est pratiquement impossible. Et puis qui sait, peut être qu'une personne suffisamment importante à ses yeux peut la retenir mais je ne connais pas cette personne ...»

Je détourna mon regard et regarda au loin.
J'espérais réellement qu'elle se reconnaisse, je ne voulais pas revenir dans le passé, mais je voudrais tellement qu'elle revienne au château. Et puis, c'est vrai c'est la raison pour laquelle je suis ici dans cette ville que je déteste.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lucrézia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 411

■ Inscrit le : 12/11/2012

■ Localisation : ici et ailleurs
■ Age : 26


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Jeu 6 Déc - 11:09
    Il me répondit que je ne devais en aucun cas être désolé, que le passé demeurerait inchangé, et il m’expliqua que l’on pouvait une chose. Je penchai la tête sur le côté, attendant la suite, mais il s’approcha de moi et m’enlaça. Puis toujours enlacé, qu’on pouvait tout oublier, un seul instant ou même une vie entière et que c’était exactement et précisément ce qu’il voulait a cet instant, avec moi. Je souris, je ne pouvais rêver mieux. Il me confia par la suite a quel point que je lui avais manqué, mon sourire se transforma en sourire triste, lui aussi il m’avait manqué.

    Il me relâcha et me regarda droit dans les yeux. Il n’avait pas de mission particulièrement savoureuse à me raconter pour le moment, mais il me confia qu’il était sur une mission assez particulière. Il n’était pas sur d’y arriver.

    Whaou, elle devait vraiment être difficile alors, d’aussi loin que je me souvienne toute les missions qu’Aro lui avait confié, il les avait mené à bien, et bien plus encore, presque la perfection ultime. J’haussai les sourcils, étonnée qu’une mission puisse résister à Démétri. J’attendis la suite presque impatiemment de savoir ce qu’était la mission, peut être pourrais-je l’aider ? Apparemment ce n’était ni des nouveau-nés ni des loups, alors qu’est-ce que cela pouvait-il bien être.

    Il devait ramener une personne au château. Ah bon ? Cela était très bizarre qu’Aro envoie Démétri menée une telle mission, d’habitude c’était Heidi qui s’en chargeai. Il me décrivit cette personne : La personne en question connaissait déjà le château, et y avait vécu pendant longtemps mais la personne les avait quittés pour une raison personnelle en rapport avec son passé … Oh je vois. C’était moi qu’il décrivait, je baissais la tête et me mordis la lèvre inférieur. Démétri, lui, continuait sur sa lancée, en disant que depuis le départ de cette personne, moi en l’occurrence, un grand vide s’était formé, et qu’il y avait trois groupes de personne qui ressentait mon départ : le premier groupe était ceux qui en avait le plus souffert, le second ceux qui m’avait oublié et enfin le troisième groupe qui espéré mon retour. Mon interlocuteur m’apprit qu’il faisait partit de ce dernier groupe, de ceux qui espérait me revoir dans l’enceinte du château.

    Une fois la description de la personne en question finit, il me demande que si je venais à croiser de lui demander de revenir car elle lui manquait terriblement, et que de vivre sans moi était insupportable.

    Il finit par détourner son regard du mien, je posai ma main sur sa joue, et ramenai son visage vers le mien et se fut à moi de plonger mon regard dans le sien :


- Je peux t’assurer qu’elle reviendra. Elle y songe depuis un moment, car pour elle aussi tu lui manque horriblement, ses parties de cache-cache, ne sont plus les mêmes sans toi me dit-elle souvent.

    Je le lâchai et allai m’asseoir sur le rocher bordant la rivière et tapotai le rocher pour que Démétri vienne s’asseoir à côté de moi. Il hésita, et vint s’asseoir, une fois fut fait, je repris la parole :


- Je dois effectuer une dernière chose avant de revenir, car je n’ai pas tellement finit avec mon passé. Figure-toi que j’ai retrouvé Matrishka, ma sœur, il y a une trentaine d’année. Elle était l’un des leurs. Je marquai une pause, baissant les yeux au sol, si je l’avais pu j’aurais versé une larme. Je n’ai pas su me résoudre à la tuer, ne me demande pas pourquoi je l’ignore. En contrepartie, j’ai tout fait pour que ces … problèmes de poils reste entre elle et moi. Je l’aidai du mieux que je pouvais. Mon don m’a été très utile et a plusieurs reprises. Je secouai la tête, la n’était pas la question. Elle faisait partie d’un clan, qu’elle avait quitté une cinquante d’années ne pouvant supporter leur manière de vivre. Elle était contente d’être partie et de me revoir, depuis deux millénaires, je ne te dis pas la joie … Notre joie fut de courte durée. J’étais partie chasser et lorsque je suis revenu … elle était morte, tuée par Khan, le chef de son ancienne meute, qui était encore là lorsque je suis rentrée. Je n’ai pas réussi à l’avoir. Je me suis vengée sur le reste du clan, mais lui reste un mystère.

Je serrai les poings et pincer mes lèvres, signe de mon agacement mais je continuai :

- A croire qu’il me connait par cœur, qu’il sait mes méthodes de traque, mon don, tout. Je n’ai jamais réussi à l’approcher d’aussi prés que le soir ou j’ai retrouvée ma sœur. C’est pour sa pour le moment que je suis dans cette petite ville pluvieuse, je préférerais me prélassait sur une plage d’Italie, mais le peu d’indice que j’ai récolté mène a cette ville. La population des canidés est importante, mais eux ne m’intéresse pas. Je sais qu’il est quelque part dans le coin à bien se marrer surement à me laisser des indices comme l’idiot dans la chambre d’hôpital que j’interrogeai peu de temps avant ton arrivée. Mais … pff … je continuai la suite tout bas tout en pensant à la mort que je lui ferai subir une fois que je l’aurais, si seulement je pouvais savoir ou il était …

    Je sortis de mes pensées préparatoires à la manière dont je pouvais le tuer, et le torturer lorsque Démétri posa une main sur mon poing. Je le regardai et lui fis un léger sourire :


- Excuse-moi de t’embêter avec sa. Mais merci de m’avoir écouté, j’imagine que j’en avais besoin.

    Ce fut à mon tour de le serrer dans mes bras.


- Je te promets que je reviendrai bientôt.



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Sam 8 Déc - 18:37

Elle posa sa main sur ma joue et plongea son regard vert orangé dans le mien. Elle avait du mettre des lentilles pour éviter que les humains paniquent en voyant ses yeux rouge sang. Mais cela devais faire plus d'une heure qu'elle les portait car au bout de ce délai, le sang colorant les pupilles traverse la lentille, la dissout ce qui entraine l’apparition de la couleur rouge sang naturel. Avec ses yeux verts et sa robe, elle ressemblai a une déesse de la mythologie grecque alors qu'avec ses yeux rouge sang, elle ressemblai à une diablesse. Je l'a préféré avec ses yeux naturelles, car cela révélait sa vrai nature, Sanguinaire et Sadique, mais elle était magnifique également avec ses lentilles.

Je peux t’assurer qu’elle reviendra. Elle y songe depuis un moment, car pour elle aussi tu lui manque horriblement, ses parties de cache-cache, ne sont plus les mêmes sans toi me dit-elle souvent.

Elle avait donc compris que la personne dont je parlais n'était autre qu'elle même. Quand elle m'avoua qu'elle était sur de revenir, une onde de bonheur me parcourut tout le corps, elle allai donc revenir, j'étais fou de joie. Enfin après toutes ses années d'attentes, elle allai être à mes cotés. Elle me dit que les parties de cache cache ne sont plus les mêmes, cela m'avait terriblement manqué. Elle était la seule avec qui je pouvais jouer à ce jeu car avec les autres cela n'était pas marrant car je l'ai retrouvés tout le temps.

Elle partit s'assoir à quelques mètres, sur un rocher prés de la rivière, qu'elle tapota pour que je la rejoigne, j'avais un sourire aux lèvres mais elle, elle était triste, aucune expressions n'étaient sur son visage. Je compris tout de suite ce qu'elle voulait dire par « Elle reviendra », elle ne m'avait pas dit quand. Cela pouvait être demain ou bien dans 1 siècle. Elle n'avait pas fini de réglé son problème avec les loups. Je perdis mon sourire et alla m'assoir à ses cotés.

Une fois assis, elle me raconta qu'elle devait effectuer une dernière chose avant de partir, qu'elle avait retrouvé sa sœur Matrishka mais qu'elle était du coté de ses ennemies. Lorsque me dit ses mots, elle baissa la tête et était vraiment triste. Je ne savais pas quoi faire, c'est vrai je n'étais pas fait pour réconforter les gens. Je savais les faire rire, pleurer, souffrir mais je ne savais pas les réconforter mais je n'aimais pas la voir si torturé, je posa mon bras autour de ses épaules. Elle m'expliqua qu'elle avait était heureuse de retrouvé sa sœur mais qu'après une courte absence, elle la découvrit morte, assassiné et elle avait tué le clan dans son intégralité sauf le chef qui a réussi a s'échapper. Elle serra les poings et pinça ses lèvres, je la comprenait parfaitement, elle devait haïr au plus au point ce lâche. Elle continua à parlé et m’annonça qu'elle croit que Khan, la connait par cœur car il déjoue tout ses plan pour l'atteindre et que la plupart de ses indices la mène ici à Forks. Peut être que ce chien était protégé par les Quileutes, les loups de la côte ouest.
Cela se voyait, elle en avait marre de chercher.
Je posa ma main sur son poing, elle me regarda, me sourit et me dit :
Excuse-moi de t’embêter avec sa. Mais merci de m’avoir écouté, j’imagine que j’en avais besoin.
Je lui sourit mais n'eus pas le temps de répondre car elle me prit dans ses bras et me prometta de revenir bientôt.

Je la serra fort dans mes bras en prenant soin de ne pas lui faire de mal et lui parla à son oreille :
« Tu n'as pas à d'excusé, tu traverses une période difficile, c'est bien que tu puisses en parlé. Ne t’inquiète pas c'est bientôt la fin, tu touches le but, il te faut juste un regard neuf sur cette histoire."
Je m'écarta d'elle et posa ma main sur son bras et la regarda dans les yeux.
Je n'ai peut être pas vécu ce que tu as vécu mais par contre je peux te comprendre, tu as une haine sans limite vers ce Khan et lui c'est exactement ce qu'il veut. Il veut te rendre folle. Si tu veux réussir à l'attraper un jour, il faut que tu fasses semblant de laisser tomber ta recherche et tu verra il fera tout pour que tu recommence à le traqué et là et seulement là il laissera des indices qui seront de plus en plus gros. Son but est de te faire du mal et je ne peux pas supporter cette idée. Si tu m'amènes sur les lieux où il a tué ta sœur, je peux le retrouvé, il me suffit juste d'une trace de ses pas ou de ses griffes...
J'avais dit ses mots sachant très bien qu'elle ne voudra jamais que je l'aide, mais peut être qu'elle acceptera après tout elle doit en avoir assez de le pourchasser.
..Et je te le ramenai vivant pour que tu puisses pleinement te venger.



Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lucrézia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 411

■ Inscrit le : 12/11/2012

■ Localisation : ici et ailleurs
■ Age : 26


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Mar 11 Déc - 20:49
    A son tour, il me serra fort dans ses bras. Ces bras autour de mes hanches et la force qu’il exerçait dessus me faisaient bizarrement du bien, j’aimais ce contact. Le mal du pays remontait surement. Démétri me rappelait ma vie que j’avais passée en Italie, a toute les années que j’y avais passé les moins joyeuse comme les plus drôles. Maintenant j’étais éloignée de tout et de tout le monde, à dire vrai par grand-chose ne me retenait en ce monde. Peut être avais-je vécu trop longtemps et que je me lassais de la vie, à l’instar de Marcus ? Peut être fallait-il que j’en finisse, que je parcours plus ces terres.

    L’idée était alléchante d’aller voir de vieille connaissance pour leur demander de me tuer, mais je sentis l’emprise de Démétri, la force avec laquelle il m’enlaçait, et je me rendis compte que commettre une telle acte aurait été d’un tel égoïsme, que je ne pouvais le faire. Je fronçais les sourcils, me rendant compte que j’abandonnerais beaucoup de monde et que ma perte ferait souffrir bien plus que je ne voulais l’admettre. J’effaçais cette pensée de mon esprit et la mit dans un tiroir de ma mémoire. Je la ressortirais peut être à l’occasion.

    Démétri me répondit en chuchotant juste à mon oreille, son souffle chaud me fit prendre conscience a quel point j’avais le mal du pays. Je me concentrais sur ses paroles. Je n’avais pas à m’excuser pour lui, il trouvait que c’était bien que je puisse en parler aussi facilement. Il continua en me disant que ma quête était bientôt terminée que j’avais besoin d’un regard neuf sur l’affaire. Il s’écarta de moi et posa sa main sur mon bras, je fronçais légèrement les sourcils et penchai la tête sur le côté, signe de mon incompréhension. Que voulait-il dire par un regard neuf ?

    Il me raconta qu’il n’avait pas vécu ce que j’avais vécu mais qu’il pouvait comprendre a quel point je pouvais détester ce sale chien. Il m’apprit que Khan voulait absolument me rendre folle. Ce fut comme un choc ou un coup de poing dans mon ventre. Pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ? C’était d’une évidence maintenant qu’il me le disait. La tête toujours légèrement penchée sur le côté, je regardais le sol et fronçais les sourcils à deux reprises à intervalle régulier. Je réfléchissais pour remonter ce que j’avais fait jusque la, si ce que Khan avait fait m’avait changée au point de me rendre folle. Hélas, la réponse était positive. Seule une vampire folle pouvait avoir causé un incendie aussi grand en 1976 à Silent Hill. Le feu avait ravagé toute la ville, ne laissant aucun survivant. Je m’étais d’ailleurs étonnée qu’à l’époque Aro n’envoie personne sur les lieux pour vérifier un incendie d’une telle ampleur et surtout d’acte criminel.

    Mais peu importe, les paroles de Démétri m’avait ramené a la dure réalité, Khan, en plus de me connaitre par cœur, avait réussi à m’avoir dans son petit jeu et à me rendre folle. Il me conseilla de faire comme si je m’étais désintéressé de lui et ainsi il laisserait des indices de plus en plus gros. Je lui lançai un regard empli de tristesse, je n’avais aucunement la force d’abandonner mes recherches, même pour l’appâter, c’était plus fort que moi, il fallait que je m’occupe, que je le traque, pendant plus de 2 000ans j’avais été un soldat, et je ne suis aucunement fait pour la patience. Mais je le laissais continuer espérant une autre idée du meilleur traqueur. Car la simple pensée d’arrêter de le traquer m’était insupportable.

    Lorsqu’il me rappela le réel but de Khan je ne pus m’empêcher de regarder Démétri d’un air différent que j’avais eu jusque la. Si la situation n’avait pas été si délicate, je crois bien que je me serais jetée à son cou et je l’aurais surement embrassé, mais ne connaissant pas la réaction de Démétri face un tel geste, je préférais m’en abstenir.

    Il me demanda par la suite de l’amener sur les lieux la ou Matrishka avait été tué. Une simple trace de ses pas ou de ses griffures pourrait faire l’affaire. Il finit sa phrase en me disant qu’il me le rapporterait vivant, pour que je puisse le tuer. J’écartai les yeux de stupeur. Oh non, oh grand jamais il ne le ferait je ferais tout en mon pouvoir pour l’en empêcher.


- Il en est hors de question. Hors de question à ce que tu risques ta vie pour moi, je n’en vaux pas la peine. Je veux bien que tu m’aides, que tu me dises ou il se trouve, ou est caché ce chien mais en aucun cas tu ne m’accompagneras, je tiens beaucoup trop a toi pour que tu risques ta vie et la gâche ainsi. Je soupirai et baissai les yeux me rendant compte que j’en avais trop dit. Je me mordis la lèvre inférieure et posai ma main sur le bras de Démétri.J’espère que tu n’as pas le mal des transports

    Je lui fis un clin d’œil et nous téléportais à une grotte à une soixante de kilomètre de l’hôpital, au cœur de la forêt. Je lâchai Démétri et l’étudiai attentivement pour savoir quel effet la téléportation avait eu sur lui, il le supportait apparemment très bien. Je passai devant lui et m’arrêtai à la hauteur d’une tache sombre la ou le sang de Matrishka avait coulé, juste a coté de son sang avec une trace de griffure et d’une patte. Démétri s’en approcha mais je le retins en lui tenant le poignet :


- Promets moi que tu ne me diras seulement l’endroit ou il se trouve et que tu ne tenteras rien contre lui. Je ne voudrais pas qu’il abime un seul de tes cheveux par ma faute. Trop de sang a coulé à cause de moi, je … Je m’arrêtais subitement avant de dire quoique ce soit d’autre, je le lâchai et reculai d’un pas. Je ne m’étais pas rendue compte a quel point j’avais été prés de lui. Je te laisse faire ce que tu sais faire de mieux

    Je lui souris légèrement attendant qu’il me dise ou ce sale cabot se terrait dans son trou de lapin pour que je puisse le faire souffrir comme j’avais souffert lorsqu’il avait décimé ma famille.




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Dim 16 Déc - 21:32

J'avais entièrement raison, elle ne voulait pas de mon aide. Ou du moins elle ne voulait pas que j'aille à la rencontre de ce loups pour le lui ramener, elle voulait juste que j'indique l'endroit où il se trouvait. Pourtant ce n'est pas un petit loup qui va me faire peur. J'en ai tué des dizaines lorsque leurs population étaient alarmante. Il me suffit de le trouver en plein jour quand il est sous forme humaine et il sera aussi vulnérable qu'un chihuahua.
Mais elle m'annonça que sa ne valait pas la peine que je risque ma vie pour elle et que de toute manière elle tenait trop à moi pour que je gâche ma vie. Elle croit donc vraiment que je vais la laisser seule pour aller trouver ce chien. Jamais de la vie, je ne la laisserai seule. Surtout face à un enfant de la lune qui n'a d'autre but que de la faire souffrir. Cela a beau être son combat, je ne pourrais pas supporter l'idée de la voir mourir.

Elle soupira et baissa les yeux puis prit min bras et me demanda en me faisant un clin d'œil si je n'avais pas le mal des transports. Je lui souri sachant très bien ce qu'elle allai faire. Elle adorait à l'époque nous téléporter. Quand on était dans la bibliothèque du château, elle adorait me toucher pour nous transporter à l'autre bout du monde. Ses moments là étaient magiques. On passait quelques heures loin du château rien qu'a deux. On parlait de tout et de rien, imaginant ce que serai notre vie sans être Volturi.

La sensation de téléportation était assez géniale à ressentir. Durant un millième de seconde, tu as l'impression de ne plus sentir ton corps et d'un coup tu te retrouves dans un endroit complètement différent d'il y a à peine une millième de seconde. Son don était juste géniale. Elle avait vraiment de la chance de l'avoir même si je sais que mon don peut être pratique mais le sien et encore mieux. C'est pour cela qu'a deux, ce toutou n'aurai aucunes chances de nous résister.

Lucrézia nous avait téléporté dans une grotte qui étaient à 60 kilomètres de l'Hôpital. C'était en pleine forêt. Elle me lâcha et me regarda, je lui souri et scruta les alentours. Il y avait une forte odeur de sang séché. Elle s'arrêta prés d'un tronc d'arbre où a ses pieds, il y avait une flaque de sang séché. C'était du sang d'enfants de la lune. Moi qui croyait que cette espèce avait disparu. Je reconnue à l'odeur le sang de sa sœur, mais à coté de cette flaque se trouvai une trace de griffure et une patte de loup. Je m'approcha de cette dernière pour l'examinai mais Lucrézia m'attrapa le poignet. Je me retourna surpris, elle se rapprocha de moi jusqu'à être à quelques centimètre de mon visage. Tout en tenant ma main, elle plongea son regard dans le mien. Si c'était une autre situation, je l'aurai embrassé, on était tellement proche l'un de l'autre, ses lèvres n'était qu'a quelques centimètre des miennes mais la situation ne le permettait pas. Peut être un autre jour mais pas aujourd'hui.

Elle me demanda de promettre de seulement lui dire l'endroit où il se trouve et de ne pas le poursuivre car elle ne voudrais pas qu'il abime un seul de mes cheveux et que trop de sang avait coulé à cause d'elle. Elle recula, regarda au sol et me dit qu'elle me laissai faire ce que je sais faire de mieux.
J'ai toujours tenu mes promesses, Je ne promet jamais à la légère lorsque je promet à quelqu'un que je vais le tuer, je le fais sans regret. C'est pourquoi je promets seulement quand je suis sure de tenir mes promesses, et celle la je ne pouvais pas la tenir. Lui promettre que je ne me mêlerai pas à cette affaire est impossible. Je ne partirai pas d'ici du moment que je ne suis pas sûr qu'elle est en sécurité. Surtout qu'à deux, on a beaucoup plus de chances de le tuer. De plus, la nuit commence à tomber et ce soir c'est la pleine lune, il sera transformé en loup prés à tout détruire sur son passage. S'il sent sa présence, il fera tout pour la tuer avant qu'elle ne puisse le touché. En effet, un enfant de la lune c'est assez féroce. C'est comme 10 nouveaux nés se jetant sur vous, dés qu'il le peuvent ils vous tuent. Même si je sais que Lucrézia a beaucoup d'expériences dans le domaine de la bataille, je ne peux pas la laisser seul face à cet vermine. Je lui rattrapa la main pour qu'elle se rapproche de moi et la regarda dans les yeux.

« Je suis désolé Lucrézia mais je ne peux pas promettre une promesse que je ne respecterai pas, Je peux t'indiquer l'endroit où il se trouve mais seulement si je viens avec toi, prêt à intervenir en cas de problème. Tu pourras le tuer toi même mais je serais là en cas de complications. Tu crois vraiment que je peux partir en te laisser te battre avec cette vermine sans intervenir? S'il t'arrive ne serais ce qu'une blessure, je m'en voudrais à vie de ne pas avoir était là pour te protégé,Tu penses que si je découvre que ce chien ta tué, cela ne me ferais rien? Tu tiens peut être à moi mais ce n'est rien comparé combien je tiens à toi. Peut être que pendant toutes ses années, tu n'avais aucunes nouvelles de moi mais je m'assurai par quelconques moyens que tu étais en vie. Je savais que tu étais en vie là quelques part et c'était déjà beaucoup... »
Je marqua un temps d'arrêt et posa ma main sur sa joue.
« Tu sais .. Tu as beau avoir était loin de moi durant toutes ses années, tu as toujours était là dans mon cœur... Et je peux te faire qu'une seule promesse. Je te promets que je serais toujours là pour te protégé quoi que tu veuilles, quoi que tu fasses. »

Je me rapprocha et déposa un baiser sur sa joue.
Puis je m'éloigna en direction de la tache de sang. Je m'abaissa et regarda attentivement l'empreinte. Elle était vieille de 2 jours, c'était bien un enfant de la lune. Un homme âgé d'une trentaine d'années. Il était en pleine ville de Forks, dans une maison. Moi qui croyait le trouvé dans la foret. Il était dans une maison et seul de plus. Je me retourna et regarda Lucrézia.

« Je sais où il est. »







I love them so much. ♥️

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lucrézia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 411

■ Inscrit le : 12/11/2012

■ Localisation : ici et ailleurs
■ Age : 26


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Dim 16 Déc - 22:24
Avant de faire quoi que ce soit, il m’attrapa par la main et me fit me rapprocher de lui. Il me répondit qu’il ne pouvait pas me promettre une chose qu’il ne tiendrait pas. Je fronçais les sourcils, c’était exactement pour cela que je ne lui avais rien dit avant mon départ, car je savais qu’il ne voudrait pas en démordre. Un vrai requin. Il voulait intervenir au cas où il y aurait un quelconque problème, j’avais envie de lui répondre qu’il n’y aurait aucun problème, que je gérais la situation comme tout le temps. Mais il ne me laissa pas le temps de lui dire quoi que ce soit il enchainait déjà sur autre chose.
Il s’en voudrait à vie de ne pas avoir été la pour me protéger si j’ai une quelconque blessure ou pire encore. Il m’avoua à quel point il tenait a moi et par la même occasion m’avoua que par de quelconque moyen s’assurer que j’étais toujours en vie.

Choquée par une telle révélation, j’entrouvris légèrement les lèvres ne pensant pas un seul instant qu’il eut fait de tels actes après mon départ, j’aurais pensé qu’il m’avait oublié et était passé à autre chose, ou du moins suffisamment occupé par les missions d’Aro pour ne pas penser a mon départ subi. Il marqua un temps d’arrêt et posa une main sur ma joue, il m’avoua que même si je n’étais plus présente physiquement je restai toujours dans son cœur, et qu’il serait la quoique je décide de faire.

Il se rapprocha de moi et déposa un baiser sur ma joue, je fermai les yeux, pensant a tous ce que j’avais loupé en partant de Volterra. J’appréciais énormément Démétri, même plus qu’un simple ami, ou collègue, et même si au fonds je m’étais menti et cachée mes propres sentiments à moi-même je ne pouvais lui avouer la vérité maintenant. Depuis Lucas, mon futur-ex-mari humain, je n’avais jamais réellement qui que ce soit, pas d’un tel amour en tout cas. Et vu comment cela s’était terminé, je préférais ne pas impliquer une personne si chère à mon cœur face a mon ennemi de toujours.

Démétri s’éloigna de moi, je rouvris les yeux au moment ou il me lâcha. Ma main se porta instinctivement sur ma joue et j’observai Démétri, il était accroupie et observai l’empreinte laisser dans la terre pas loin du sang de ma sœur. Il se retourna et me dit qu’il savait ou il était, aussitôt je reposai ma main, mon bras le long de mon corps et m’avançais vers Démétri, je plantai mon regard dans le sien :

- Ou est-il ? Mais s’il te plait ne vient pas, la dernière fois que je tenais a une personne autant que je tiens à toi, est morte par ces sales bêtes, mon cœur ne supporterait pas de te perdre, alors je te le demande ne viens pas, ne t’en fais pas pour moi, j’ai ce qu’il faut pour me défendre.

Je m’étais arrêtée et réfléchissais, Démétri avait eu l’air surpris de l’emplacement du chien, je fronçais les sourcils et lui dit :

- Il est ici ? A Forks ?



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Lun 17 Déc - 20:08


Quand je lui annonça que je savais où il était, elle planta son regard dans le mien. Je savais qu'elle voulait que je lui dise où il se trouvait. Elle a passé presque toute sa vie à le chercher et enfin elle atteint le but. Mais quelque chose cloché. Pourquoi était-il à Forks ? Peut être que les Cullens le protégé après tout ce ne serai pas la premiére fois qu'ils nous cachent des choses à nous les Volturi. Si c'est le cas, je serais dans l'obligation de prévenir Aro. Je sortis de mes pensées lorsqu'elle me dit :

"- Ou est-il ? Mais s’il te plait ne vient pas, la dernière fois que je tenais a une personne autant que je tiens à toi, est morte par ces sales bêtes, mon cœur ne supporterait pas de te perdre, alors je te le demande ne viens pas, ne t’en fais pas pour moi, j’ai ce qu’il faut pour me défendre."

Je la regarda perplexe et m'éloigna d'elle pour réfléchir à la situation. C'est vrai je ne prends jamais de décision importante, j'ai toujours exécuté les ordres et c'est tout. Je regarda Lucrézia en réfléchissant. Elle ne voulait pas que je viennes de peur que ce cabot ne me tue car elle ne supporterai pas ma perte. Ce qui était réciproque, je ne supporterais pas sa perte non plus. Mais elle avait raison, son don lui permettrai de se défendre et d'attaquer précisément. Jamais je ne voudrais me retrouver contre un vampire avec ce don. Elle peut vous surprendre à chaque instant. Mais le probléme c'est que cet vermine la connait par cœur, il connait ses méthodes d'attaques. Je cherchai une solution, une partie de moi veut combattre avec elle coûte que coûte mais une autre partie me dit de la laisser mener son combat seule. Je ferma les yeux et me concentra.
Je sais qu'elle décision prendre. Je dois la laisser y aller seule car à sa place j'aurai eu la même réaction. Jamais de la vie je n'aurai accepté qu'elle fasse part à ce genre de combat. Et puis je me mis dans la peau du traqueur, de ce Khan, son seul but étant de la faire souffrir, dés qu'il me verra, il comprendra notre lien et fera tout pour me tuer sachant très bien que Lucrézia en souffrira. Je connais les tactiques de chasseurs, même s je sais que son but n'est pas de la trouver mais plutôt la faire cherché. Et puis Lucrézia serai déstabilisai à cause de moi. Si elle voit que je suis en danger, je pense qu'elle n'hésitera pas à me protégé oubliant de se protégé elle même.
J'ai déjà combattu plusieurs fois des enfants de la lune. Ils sont si imprévisibles. Je ne dis pas que je ne serais pas me battre. Mais j'ai toujours eu l'habitude d'être accompagné de Jane, qui elle les fait souffrir me facilitant la tache pour les démembré et les brulai. Alors qu'elle Lucrézia, elle à réussi à tué tout un clan à elle seule sans aucunes aides. Ce qui est quand même assez fort. Je devais donc avoir confiance en elle. C'est pourquoi, j'alla vers elle en souriant et dit :
« C'est d'accord. Je ne viens pas avec toi. Mais je serais là, ici à t'attendre. Promets moi qu'au moindre problème, tu te téléportera ici ou si tu ne peux pas, cri. Je t'entendrais et je viendrais. Je dis sa sérieusement. Je ne peux pas concevoir l'idée de te perdre.. à jamais. »
Je marqua un temps d'arrêt et lui dit :
« Oui il est à Forks. Dans une maison sur « Mayberry St.», tu connais quelqu'un habitant par là ? »
Je pris sa main et caressa sa joue, peut être que je faisais une erreur. Peut être que j'allai regretter mon choix toute ma vie. Peut être que c'est la dernière fois que je la voies. Je devais avoir confiance en elle. Elle est forte, elle peut le tué. Je la serra dans mes bras et lui dit à son oreille « Un dernier conseil, s'il te parle, ne l'écoute pas et tue le. Il fera tout pour gagner du temps pour arriver à la pleine lune. Je te fais confiance. » Je déposa un baiser sur son front et dit « Bonne chance ! »


Je ne voulais pas la laisser partir, car au fond de moi j'avais le pressentiment que sa aller mal se passer.







I love them so much. ♥️

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lucrézia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 411

■ Inscrit le : 12/11/2012

■ Localisation : ici et ailleurs
■ Age : 26


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Mer 26 Déc - 1:02
    Il prit ses recules vis-à-vis de moi, surement pour réfléchir. J’attendis, fronçai les sourcils d’inquiétude, espérant qu’il ne viendrait pas avec moi, c’était trop périlleux, trop dangereux. Il revena vers moi en souriant. Il me dit qu’il ne viendrait pas avec moi, mais qu’il resterait à cette place en m’attendant. Il me fit promette qu’au moindre problème je reviendrai ici, ou que si je ne pouvais pas, je pouvais toujours crier, qu’il m’entendrait. Il me confia qu’il ne pouvait concevoir l’idée de me perdre. J’eus voulu poser ma main sur sa joue et lui dire que tout irait bien, mais il ne m’en donna pas le temps. Il me confirma qu’il était bien à Forks dans une maison sur Mayberry St, Démétri me demanda si je connaissais quelqu’un habitant dans cette rue. Oh que oui, je connaissais quelqu’un habitant la. Je sifflais de rage. Ce chien, dans MA maison, en train de la souiller avec ces pattes sales, ma rage ne faisait qu’augmenter de seconde en seconde. J’allai me téléporter chez moi lorsque Démétri me prit ma main et me caressa la joue, il me serra ensuite dans ses bras et me chuchota à l’oreille, un conseil. Je ne devais en aucun cas l’écouter, que je devais le tuer directement, car ce chien ferait tout pour aller jusqu’à la pleine lune. Et merde, j’avais complètement oublié que c’était ce soir. Il m’embrassa sur le front et me souhaita bonne chance. Il ne voulait pas me laisser partir, je le sentais a sa prise qu’il exerçait sur moi.

    Je déposai un léger baiser au coin de ses lèvres et lui chuchoter à l’oreille, qu’il ne devait pas s’en faire, que je reviendrai saine et sauve. J’aurai bien voulu qu’il me lâche avant de me téléportai, mais il semblait refuser de lâcher prise, alors je me téléportais quand même le laissant dans la position qu’il était avant que je ne me téléporte, c’est-à-dire, en train de m’enlaçant, mais maintenant que je n’étais plus la … il devait surement enlacer le vide.

    J’atterris chez moi, la maison sur Mayberry St, ma maison que ce chien était en train de souiller. Je ne m’étais pas rendue compte que je venais d’atterrir derrière Khan. Il fouillait dans mes tiroirs à bijoux, surement a la recherche du collier de ma sœur. Il pouvait bien fouiller la maison entièrement qu’il ne le trouverait pas puisqu’il était accrocher à mon cou. Il dut sentir mon odeur car il se tourna, je lui souris :

    - Bonjour Khan, surpris ?

    Aussitôt après, je lui tordis violemment le cou, lui brisant la nuque du premier coup. Bien sur je ne l’avais pas tué. Etant le jour de la pleine lune et au vu de sa vieillesse ce n’était pas avec la nuque brisée que j’allais le tuer. Je l’attachai à une chaise, avec des barres de métaux que j’avais dans mon armoire. En attendant, qu’il reprenne des forces, je sortis toute mon artillerie pour le torturer jusqu’à temps que j’obtienne des réponses. Il y avait tellement de question que je ne savais pas par où commencer. Ma famille ? Non inutile, je connaissais déjà la vérité, inutile qu’il me raconte des bobards. Je pense que commencerai par la plus simple et unique question qui me trottait dans la tête depuis une quarantaine d’année. Je savais de par ma sœur, qu’elle avait une liaison et plus place plus qu’intime et privilégié dans leur meute. Une place surtout des plus intimes envers le chef, une place si intime que j’étais quasiment sure que cela ne pouvait être que réciproque. Alors pourquoi l’avoir tué ?

    Peu importe, j’aurais mes réponses plus tard, Khan venait de se réveiller ce qui signifiait pour lui que la torture allait commencer. Je me levai et allai fermer la fenêtre ainsi que les rideaux en jetant un coup d’œil au ciel. La nuit était encore loin, je n’avais pas à m’en faire pour la lune, je pouvais commencer la petite séance privée. Une fois le tout fermer, je passais derrière la chaise de Khan, ou il était toujours solidement attaché (hum j’adorais païens qui m’avait offertes ces chaines pouvant résister a la force d’un louveteau) et posais mes mains sur les épaules de Khan … va falloir que je me lave entièrement une fois que je l’aurais tué, je ne pouvais pas revoir Démétri en ayant touché cette vermine.


-Pourquoi l’avoir tué ? demandais-je a Khan.

    Il rigola ce qui eut le don de m’énerver, pour le remercier, je lui brisai l’épaule. Il hurla de douleur, ce que sa pouvait me faire plaisir de le voir souffrir. Etant donné qu’il ne semblait pas très enclin à me répondre, je pris l’un de mes instruments de torture et lui arraché tout les ongles d’une main, il cria encore plus. Nous étions en journée, je ne pensais pas que les voisins puisse nous entendre, encore heure, plus il criait fort plus cela me faisait du bien. Après plus de deux heures de torture, il me supplia d’arrêter et que j’aurais les réponses que je voulais.

    Il me confia que malgré l’amour qu’il avait pu porter à ma sœur, il ne pouvait supporter l’idée qu’elle puisse le trahir et trainer avec une vampire et encore moins faire ami-ami avec l’une d’elle. Il me raconta aussi qu’il craignit un mélange des races. Que bien avant ma naissance et que celle du trio italien, un mélange des races entre enfants de la lune et vampire avait été fait et que la chose qu’il en avait résulté était effroyable et avait été l’un des plus grands fléaux de toute l’histoire que ce que j’avais pu voir jusque la n’étais rien. Ce fléau ne pouvait naitre que sous deux seules manières possibles. L’une d’un amour entre un lycan et un vampire, l’autre qu’une personne se fasse mordre par les deux races et que ces deux races soit issu de la même famille, de la même chair.

    Il dut s’y reprendre a plusieurs reprises, le souffle lui manquant. Ainsi c’était pour sa qu’il avait tué ma sœur, il avait peur qu’avec ma sœur nous créons cette bête terrible. Bien que je me méfiais de ces paroles, je pensais qu’il y avait un fonds de vérité, j’en avais déjà entendu parler lorsque j’étais chez les Volturi, Aro en avait fait quelques recherches. Perdu dans mes réflexions, je ne fis pas attention à ce que Khan faisait, il avait réussi à se défaire de ces liens et m’envoya valser a l’autre bout de la pièce. Je me rattrapai en vol et retomber tel un chat sur mes pattes. Il grogna et fonça droit sur moi. Il dut s’arrêter cependant en pleine course car je ne voulais pas me salir les mains un peu plus. Sa tète commença à se détacher du reste du corps pour ne faire que deux parties distincte. J’allumai un feu de cheminée et balançai sa tête dedans. Je plongeai ma main dans le buste inerte de ce qui restait de Khan pour lui arracher le cœur et le balançais dans le feu, on était jamais assez prudent. Je balançais à la suite le reste du corps dans les flammes.

    Après mettre rassasié de ne plus rien voir dans la cheminée a par les flammes, je filai sous la douche me nettoyant pleinement, enlevant le sang et l’odeur répugnante qui avait pu se loger sur moi. Je changeai de tenue, et jetai toute les autres au feu (après tout si je revenais, en Italie, je pourrais toujours m’acheter de nouvelle tenue). Je partie voir ensuite ma propriétaire et lui rendit les clés de mon logement. Je me téléportais ensuite a la grotte ou j’avais laissé Démétri. Il me tournait le dos. Je m’avançais vers lui, lui fis face et le serra dans mes bras, je lui chuchotais ensuite a l’oreille :


-Si tu veux toujours ta mission, je veux bien rentrer à la maison.

    Je lui souris et l’embrassais pleinement, lorsque je me rendis compte de ce que je faisais, c’était trop tard pour faire machine arrière sur ce baiser, et puis après tout … je n’avais pas envie quitter ces lèvres de sitôt.




Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri) Mer 26 Déc - 15:45



J'étais entrain de l'enlacer quand soudain plus rien. Elle disparut. Elle était partit. Je soupira et m'assis sur le rocher le plus prés. Elle était parti. Peut être je ne la reverrais jamais, peut être que je n'étais qu'un lâche car après tout j'aurais pu la convaincre de venir avec elle. Il ne me restai qu'une solution : Attendre. Attendre, je fais depuis plus de cent ans. Toujours attendre. Attendre une mission, attendre Heidi avec nos proies, attendre les ordres d'Aro, attendre qu'un vampire transgresse nos règles. Je déteste cela. Je suis de nature très patient mais avec les années, je deviens de plus en plus impatient. L'éternité est tellement longue, je ne peux pas rester sur place à ne rien faire. C'est pour sa que j'aime mon don car pendant mes heures de gardes lorsque je suis à coté de la porte a attendre. Je sens chaque odeur, chaque personnes se situant à Volterra, méditant sur ma prochaine victime. Heidi nous amène souvent de très beau spécimen d'humain mais je préfère traquer.
C'est pour cela qu'une fois par mois, je pars traqué un ou deux humains. Bien sûr, ue des touristes car nous avons interdiction de tué des Volterrien, sous peine de mort. Ce qui est intéressant si on veut se suicider. Mais je sais que jamais Aro ne me tuera, je lui suis bien trop utile. Il préféra m'enfermai dans le château et tuai une personne cher a mes yeux que de me tué. Plusieurs fois j'ai pensé à cette solution. Tuai un Cullen pour que les Cullen veulent me tué et Aro sera obligé d'accepté mais cela peut engendrer d'autres morts et je ne veux pas que d'autres personnes meurt à cause de mon égoïsme. Mais ces idées suicidaires ont disparu avec le temps. C'était plus quand Lucrézia était parti du château et que la vie était monotone. Mais le jour où je me suis rapproché de Héstia. J'ai su que mes idées suicidaires étaient complétement débile, ma vie devait continué sans Lucrézia. Même si je pensais souvent à elle, Héstia me permettait d’occuper mes pensées à autre chose. Si Lucrézia retourne au château avec moi, je redoute sa réaction. Elle va certainement pensé que je vais la laissé tomber. Ce qui est totalement faux. Je ne la laisserai jamais seul, je serais toujours là pour elle.


Je regarda ma montre, cela faisait 3 heures qu'elle était parti. J'huma l'air. Elle était encore en vie.. et lui aussi. Mais qu'es ce qu'elle attend pour le tué ! Dans 2 heures il fera nuit, s'il se transforme il sera beaucoup moins contrôlable. Si dans 30 minutes, elle n'est pas la, je la rejoint. Je fixa ma montre, regardant les secondes défilai lentement. Je m'étais acheté une montre car c'est vrai que c'est assez utile comme objet. Je n'avais pas encore cédé comme quelques gardes au portable. Cette machine ne me donné pas confiance. Savoir que n'importe qui pouvait lire tes messages me déranger.

Plus que 20 minutes, j'huma l'air, Lucrézia était vivante mais je ne sentais plus l'odeur de cette vermine. Juste une odeur de brulé. Il était enfin mort. Je souri à cette idée. C'était enfin fini. Enfin ce chien était retourné en enfer. Je me leva prés à accueillir Lucrézia. Elle devait arriver un instant à l'autre. Soudain je sentit une présence derrière moi. C'était elle, elle s'était changé, elle portait une robe bleu électrique ce qui lui allai à ravir. Elle ne me laissa même pas le temps de faire quoi que ce soit qu'elle m'enserra de ses bras et me chuchota à l'oreille que si je voulais toujours ma mission, elle voulait enfin rentré à la maison, je sourit à cette phrase. Heureux de l'entendre, heureux de savoir qu'enfin elle revenait à Volterra. Elle me sourit et m'embrassa. Je posa ma main sur sa jouet l'autre dans son cou et continua à l'embrasser. Ces lèvres, cela faisait tellement longtemps que je voulais y gouté. Enfin on pouvait être ensemble. Rien ne pouvait nous en dissuader aujourd'hui. Je voulais resté accroché à ses lèvres pour l'éternité.
Depuis le temps que j'attendais ce moment, moi qui croyait qu'elle ne partageait pas mes sentiments, j'avais eu tord. Je me détacha de ses lèvres. La regarda, lui caressa la joue, passa mes mains le long de ses hanches et de ses cuisses et la porta pour que ses jambes entour mon bassin et je la plaqua doucement contre la paroi de la grotte. Je déposa un baiser sur ses lèvres et embrassa son cou et lui chuchota à l'oreille « Mission accepté. Madame peut nous téléportai à Volterra sans problème. »
Je l'embrassa doucement, heureux d'avoir réussi ma mission, heureux de la retrouvé, heureux de pouvoir enfin être à ses cotés.







I love them so much. ♥️

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas



MessageSujet: Re: Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri)
Revenir en haut Aller en bas

Tu m'as manqué, contente de voir que tu te portes bien (pv Démétri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bleach 422 - The silent victory
» jabline plage ..
» Tapisserie poster
» Avoir l'affichage des appels manqués sur le HD2
» [ Urgent ] Comment voir NT1 gratuitement sur l'ordi ?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breaking Blood  :: Les RP Terminés ou inachevés-