AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
B.B a fermé ses portes. Bye

Partagez|

Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Gabrielle Lewis
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 13

■ Inscrit le : 06/02/2013

■ Localisation : Nulle part




MessageSujet: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Mer 6 Fév - 18:58
Gabrielle Lewis
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Date de naissance ▪ 01/11/1992 Âge • Calcule ▪ [Vampire Sanguinaire]
Situation Professionnelle ▪ [Tueuse à gage]








Mes Qualitées
▪ Déterminé
▪ Enjoué
▪ Intelligente
▪ Aguicheuse
▪ Chanceuse
▪ Ne loupe jamais sa cible
▪ très bonne tireuse
▪ Croqueuse d'homme
Mes Défauts
▪ Arrogante
▪ Froide
▪ Trop pointilleuse
▪Ne fais confiance à personne
▪ Folle
▪ Croqueuse d'homme marié
▪ Je n'ai pas tant de defaut que sa, faut pas exagérer
▪ Défaut








«


La semaine passé, j’étais en « vacances », du moins pour les humains. Les humains-collègues travaillant avec moi était tellement content de mon travaille que j’avais effectué au près d’un patient qu’ils m’avaient généreusement offert une bonne paye en plus de ce que je touchais déjà et m’avait dit de prendre une semaine de repos bien méritée. Les humains sont parfois très … stupides, réussir à avaler une bague de fiançailles faut le faire. Mais bon, je passerai les détails de l’opération. Après avoir enlevé la bague logé dans l’estomac de la personne et rendu la bague dans un état aussi brillant que s’ils venaient de l’acheter j’avais effectivement eu le droit a un peu trop de félicitation que je l’aurais voulu. Avec le don de téléportation, ce n’était pas très compliqué faut dire.

Par ce matin frais, je reprenais donc mon service. J’allais immédiatement dans le bureau des infirmières pour savoir quels cas devrais-je m’occuper en premier, le plus intéressant. A vrai dire, je cherchais une attaque de loup, dans la région il y en avait tellement que je m’étonnais ne voir pas plus d’attaque d’anomal sauvage que sa. Foulure au poignet, indigestion, pneumonie sévère, thrombose du foie … rien d’intéressant en somme, ah mais que vois-je ?? Un patient venait juste d’arriver il y à peine une heure, il avait été attaqué par un animal sauvage, mais ce n’était pas préciser le genre. Je regardais le dossier plus en détail, un jeune homme de 25ans à peine, c’était parfait.

Je partis me changer et mis une robe légère plus courte que ma blouse d’infirmière. Le but était de lui faire croire que je n’avais rien en dessous, je me rajustais de manière a être sur de captiver son attention et qu’il réponde a mes questions sans poser aucune résistance. Je détachais mes cheveux et ne mis pas l’espèce de chapeau affreux qui allait avec la tenue, pris le dossier et me dirigeai directement dans vers sa chambre.

Je toquai a sa porte et après un petit oui ensommeillé j’entrai, l’effet de ma blouse donna son effet. Je n’étais pas télépathe mais j’aurais juré qu’il pensait quelque chose du genre : est-ce qu’elle ne porte rien en dessous ? Je lui fis un de mes plus beau sourire et m’avancer vers lui. Je commençai par me présenter et lui poser quelques petites questions sur son attaque. A son rythme cardiaque et lorsqu’il déglutissait je n’avais aucun doute sur le fait qu’il avait beaucoup de mal à ce concentrer. Il fut très gentil et répondit à toutes mes questions sans n’omettre aucuns détails. Puis je lui demandais par quelle sorte d’animal il avait été attaqué, la morphine commençait à faire effet, et je dus répéter ma question a deux reprises.

Je n’eus pas le loisir d’entendre sa réponse, qu’il s’endormit, ce n’était pas veine. Je lui mis quelque gifle légère dans l’espoir qu’il se réveille mais c’était peine perdu. J’envisageai de lui mettre la main dans la prise électrique pour le réveiller mais je secouai la tête. Sa pourrait le tuer. Quoique un tout petit choc de une seconde ou deux ? Non bon d’accord. Je ne le ferais pas, même si c’était très tentant. Je pris un chargeur électrique que les vieilles mémés ont dans leur sac pour se défendre contre les individus louche, je le réglais au minimum pour le réveiller et aller lui appliquer la petite dose quand j’entendis un bruit de pas familier dans le couloir de l’hôpital. Je posais l’appareil et renifler l’odeur pour savoir a qui j’avais a faire un vampire pour sur, mais qui ?

Je me retournai et souris :

- Démétri, cela fait plaisir de te voir.


»

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪






Enfermé dans cette petite pièce malodorante, attendant que l’on vienne me chercher, je regardais la pluie s’abattre dans un vacarme assourdissant sur la fenêtre derrière le bureau du sheriff. Un homme rentra dans la pièce, brun aux yeux verts avec une barbe d’une petite semaine, cet homme était celui qui m’avait arrêté. Oui je n’étais pas à la police parce que je devais faire une déposition pour un quelconque vol ou autre, mais parce que j’avais été arrêté.

Enrico Crowley, de son petit nom, vint m’ouvrir ma cellule, à peine eut-elle été entrouverte que je tentais ma chance :

- Vous avez décidé de me laisser partir monsieur l’agent ?

Je lui fis mais yeux de biche, bien que maintenant il sache toute la vérité, il ne pouvait s’empêcher d’être sensible à mon charme, après tout ce n’est pas comme s’il ne s’était rien passé entre nous deux. Il ouvrit en grand la porte, et me fit un signe de tête pour que je m’approche, ce que je fis, je m’arrêtai a sa hauteur, je n’étais pas stupide, je savais très bien qu’on ne me laisserait pas sortir, ils avaient bien trop de preuve contre moi.

- Pas exactement. Tu dois venir avec moi en salle d’interrogatoire.

Je plissai les lèvres et finis par sourire charmeur :

- Je mettrai ma main au feu que si tu avais le choix, ce serait dans un endroit plus intime que tu m’emmènerais.

Je le vis un petit sourire en coin se dessiner m’indiquant que je n’avais pas complètement tord. Je le suivis jusqu’à la dite salle et m’asseyais. Enrico posa un enregistreur sur la table et sorti un dossier.

- Je veux tout savoir, depuis le début. Quoi que tu dises, nous sachons tout les deux que c’est finis, on n’a pas besoin de ta version pour t’envoyer en prison. Il y a actuellement des sections d’assaut envers le reste de ta … du reste de la mafia. Alors s’il te plait parle, si j’ai tes aveux, je pourrais peut être t’éviter la peine capital.

Je soupirai et secouai la tête. Enrico appuya sur le bouton d’enregistrement.

- Tu l’as dis toi-même, aveux ou pas, j’irai quand même en prison, alors que je parle ou non ne changera rien, et je pense que je préfère encore mourir plutôt qu’être dans une cellule

Ma décision était prise. Je ne voyais pas l’intérêt d’être sauvé de la mort si c’était pour terminée le reste de ma vie dans une cellule. Un reflet argenté attira mon attention. Ce reflet était sous forme de code, et je connaissais parfaitement ce code, qui me fit immédiatement changée d’avis. Je souris et regardai Enrico dans les yeux.

- Mais après tout, pourquoi ne pas tout dire ? Cela pourrait soulager ma conscience après tout.
Je vis Enrico poussait un petit soupir de soulagement. Si je le faisais c’était uniquement parce que je savais que je ne resterai pas en prison.

Pour que tu comprennes mieux il faut remonter cela à ma naissance. Mon père a toujours fait partie de la mafia, étant le fils ainé de la famille, se transmettant de génération en génération. En allant au lycée il a rencontré ma mère, Pénélope, qui avait de bien mauvaise fréquentation. Elle est tombée enceinte d’une de ces mauvaises fréquentations, elle eut une fille Monica. Ses parents la mirent a la porte des qu’elle eut accouché, ce fut mon père qui la recueillie sous son toit. Ce ne fut qu’a partir de la que mes parents s’aimèrent, avant ce n’était que des amis.

« En vieillissant, ils se marièrent et mon père éleva Monica comme sa propre fille. Le père biologique de Monica voulait reconquérir ma mère depuis plusieurs années, il la voulait à ses côtés ainsi que sa fille. Il était tellement obsédé par elle que son harcèlement devenait de plus en plus dangereux pour ma mère. Alors ils décidèrent de quitter leur pays pour venir ici, en Italie avec le reste de la famille de mon père.

Je vis le jour, à Venise. J’avais 10ans d’écart ma sœur. Nos relations n’étaient pas des plus amicales. Je savais que Monica m’en voulait parce qu’elle était persuadée que j’étais la chouchoute des parents, j’étais d’avis contraire, pour moi nos parents n’avaient aucune préférence. Est-ce cette jalousie qui l’a poussa à nous trahir tous ? Peu importe.

Vint le jour de mon anniversaire, je fêtais mes 6ans, comme tous les anniversaires nous avions organisé une grande fête. Dans la soirée, je m’étais échappé des convives pour aller faire un tour dans le grand jardin, j’aimais aller m’asseoir sur le bord de la fontaine, c’est la ou je me rendais ce soir-là. J’étais quasiment arrivée quand j’entendis les voix de plusieurs hommes, l’une d’elle étant celle de mon père. Je me suis cachée dans les buissons, espionnant leur conversation. Trois hommes se tenaient face à mon père. J’étais peut être jeune, mais suffisamment intelligente pour comprendre que leur conversation n’était pas des plus joyeuse. L’un des hommes sortit un flingue et n’eus aucune hésitation à appuyer sur la détente, la balle atterri entre les deux yeux de mon père. Je les ai suivi, jusqu’à la chambre de ma mère ou ils la tuèrent aussi froidement. Je sais très bien qu’a cet époque et a ce moment je ne pouvais rien faire, mais même encore aujourd’hui cela me hante de n’avoir rien pu faire. »


Du revers de la main j’essuyai une larme qui coulait sur ma joue.

- Ce fut des années plus tard que j’appris la vérité. Monica avait rejoint son père biologique, et je me retrouvai seule. Après avoir pleuré de longues heures sur le corps de ma mère, j’ai appelé mon oncle qui vint immédiatement. Ce fut lui qui m’éleva et me fit entrer dans la mafia, mais je nourrissais qu’un seul but : me venger des hommes qui avait tué mes parents.

« Mon oncle a tenté par tout les moyens de me tenir a l’écart de la mafia et de tout ces magouilles, mais j’étais têtue et n’avais surement pas dit mon dernier mot. Aussi, las il finit par m’apprendre tout ce qu’il savait. J’appris ainsi l’art de confectionner des poisons les plus mortelles, torturé quelqu’un, le faire saigner a mort sans pour autant que la faucheuse ne viennent le prendre. Dès mon plus jeune âge je pris des cours de combat et était l’une des meilleurs. J’appris à manipuler différente arme, mais j’avais une préférence pour les armes d’époque comme un arc, une arbalète ou encore une épée.
A douze ans, ma vengeance commença. Je retrouvai facilement un des trois hommes. Il avait arrêté d’être un tueur, et s’était reconvertis en assureur. Quelle bonne blague !! Je l’avais espionné, suffisamment longtemps pour connaitre son emploi du temps, et savoir que le vendredi après-midi il ne recevait aucun client mais resté enfermé dans son bureau. Je suis allée voir sa secrétaire avec un panier de muffin que j’avais préparé spécialement pour lui. A la secrétaire, pour pouvoir entrer, je lui dis que j’étais une bonne amie de son fils qui venait lui donner des gâteaux pour le remercier d’un service qu’il m’avait rendue. Je n’avais pas complètement mentit, puisque je m’étais rapproché de son fils quelques semaines plus tôt. Bien sur, il ne vit que du feu, ne sachant aucunement qui j’étais.

Il m’invita à m’asseoir et me posa quelques questions, il m’apprit que son fils n’était pas insensible à mon charme. Ce jour-là je compris que mes avantages féminins pouvaient m’aider facilement à obtenir ce que je voulais. Je lui fis avaler plusieurs de mes muffins. Ils étaient succulents si l’on passait le venin de serpent que j’avais mis à l’intérieur. Je m’assurai qu’il soit bien mort et quittai les lieux en prenant mon petit panier vide avec moi. Panier que vous ne retrouverez pas puisque aussitôt rentrer je le mis au feu.

A quatorze ans, je me servis d’une arbalète pour tuer le second homme qui était dans ce parc, la nuit ou mon père s’est fait tuer. Il n’avait aucun fils, aucun attachement, aucune personne de qui je pouvais me rapprochai pour avoir un alibi. C’est pour cela que pour lui je préférais changer de méthode, je n’avais pas non plus envie de me casser la tête pour ce misérable avorton.

Pourquoi tant d’année entre le premier et le second ? C’est très simple, je voulais que les deux autres commencent à se faire quelques idées. J’ai aussi attendu exactement deux ans pour le troisième, celui qui avait appuyé sur la détente. Mon plan avait marché, lorsque son fils m’a présenté à lui, il était légèrement parano. Je m’étais bien rapproché de son fils, au point de coucher avec lui. A la base mon but n’était pas de me rapprocher autant de son fils, je voulais juste faire ami-ami avec lui, mais j’ai très vite compris qu’il me voyait et espérait plus qu’être une simple amie. Alors je lui accordé sa … dernière volonté ? C’est ce que j’avais prévu à la base. Tuer Lucas, son fils sous ses yeux, comme il avait tué mes parents sous mes yeux.

Le jour de l’anniversaire de la mort de ces deux petits amis, le tueur … appelons-le X, était complètement mort de peur, il savait que c’était son tour. Mais cette nuit la je ne fis rien … presque rien, a part tuer son ex-femme. Je te rassure ce n’était pas la mère de Lucas. Une autre, une droguée. C’était juste un message de ma part pour lui dire que son heure viendrait. Une semaine plus tard, exactement, je le pris par surprise dans sa chambre, une arme dans la main. Il ne comprit pas tout de suite, je n’étais que la belle petite-amie de son fils. Après lui avoir dit mon identité, il se confonda en excuse, me supplia même de lui pardonner. J’entrai dans son jeu, et je lui dis que je le pardonnerai qu’à une seule condition, qu’il écrive une lettre à son fils, lui disant ce qu’il a fait. Il n’a même pas hésité. Il s’est tout de suite assis et a commencer à écrire cette putain de lettre. Une fois que la lettre était dans ma main, je me suis permise de la lire au cas où lui aussi jouerait la comédie. Je lui ai dit que ce serait moi qui apporterais la lettre à son fils et que je ne tenais pas qu’il sache que la petite fille de 6ans qui avait tout vue était moi. Aussi ce bon vieux monsieur X a appelé son fils lui disant qu’il était très pris par son travail et que je lui apporterais une lettre extrêmement urgente. Je fis mine de partir quand le tueur m’avoua quelques vérités. Monica avait tout programmé avec son père biologique pour assassiner mes parents. X avait peut être appuyé sur la gâchette, mais c’était Monica et son père qui avait signé leur fin. Ma mère aurait pu avoir une chance de s’en sortir, car après tout, le père biologique de Monica en était encore fou amoureux mais ce fut Monica qui versa une autre somme d’argent a X pour qu’il tue aussi ma mère. X me remercia de lui avoir pardonné. Je repris ma marche en direction de la sortie, et a mi chemin, je sortis une arbalète et plantai ma flèche dans sa tête.

Depuis mes douze ans, j’avais cru que ma vengeance aller s’arrêter avec lui, mais j’avais tord. Ma vengeance était loin d’être finis.

Deux semaines plus tard je retrouvais le père biologique de Monica que je tuais d’une flèche entre les deux yeux, lui aussi. Monica partit à la recherche de son assassin, et je me fis un plaisir de l’attendre. J’étais très bien préparé à l’attendre. C’était elle qui était au cœur de ma souffrance depuis ces années alors ce serait elle qui souffrirai le plus avant de mourir. Elle me retrouva à une discothèque de Rome. Je la repérai facilement, et elle me repéra facilement. Je l’entrainai dans une ruelle sombre. Cette p***sse faillit bien avoir le dessus sur moi, mais je m’en sortis, je l’endormis a la bonne vieille manière d’un coup fort à la tête et la mit dans le coffre de ma voiture, et je revins à Venise. Je l’avais attaché à une chaise électrique, et durant deux jours complets, je ne me suis pas lassé de la voir crier a chaque Volt que je lui envoyé. Quand j’eus finis de jouer avec elle, Monica était déjà bien affaiblie et pouvait à peine tenir sur ses jambes. Je l’attachai par les poignets à un arbre d’un parc public et lui ouvrit la poitrine pour y enlever son cœur. Des passants l’ont trouvé aux premières lueurs du soleil.

Quand la police a enfin réussi à faire le lien entre tout ces meurtres, j’étais déjà partit pour Florence. Le nouveau QG de notre famille. Mon oncle trouva que j’avais fait preuve d’ingéniosité et m’engagea comme tueuse, ainsi que bras droit. Il n’avait aucune descendance, aucune personne de lignée directe à qui donner les rennes. Je suis devenue l’une des tueuses les plus recherché d’Italie : l’archer noir. Mais j’ai fait un faux-pas avec cet homme politique, je n’ai pas pris assez de précaution, et me voila ! »


Bien qu’Enrico sache le tout, il ne put s’empêcher d’être stupéfait d’avoir couché avec une tueuse aussi presque sadique. D’un autre côté je savais qu’il compatissait, bien que pour lui cela n’expliquait en rien mes gestes, ainsi que tout les autres meurtres des inconnus que j’avais pus commettre. Il me raccompagna à ma cellule, et me laissa avec un petit sourire aux lèvres.

La nuit même, un bruit me fit sursauter, me réveillant. Ma cellule avait été forcée, quasiment tordue même. A croire qu’un homme a la force surhumaine c’était amusé à mettre en boule cette porte. Je ne me fis pas prier, je sortis prudemment de ma cellule, aller chercher mes armes, sans que personne ne viennent, deux solutions : soit mort, soit à l’ouest. Mais je n’allais surement pas me lamenter pour eux, sauf Enrico s’il en faisait partie.

Je sortis du commissariat avec une facilité déconcertante. Au détour d’une ruelle, je reçue un violent coup sur la tête et perdis connaissance.





Cela, c’était il y a quelques jours déjà. Je me suis réveillé en forêt trois jours plus tard environ, la gorge en feu. J’avais soif, horriblement soif, et l’eau de la rivière n’étancher en rien ma soif. Ce ne fut que lorsque je vidai un randonneur de son sang, que je compris que je n’étais plus humaine, que j’étais autre chose, peut être un vampire ? C’était ce qui s’en rapprochait le plus. Peu importe. Je ne savais peut être pas à 100% ce que j’étais, mais je savais qu’on ne le devenait pas d’un claquement de doigt, aussi j’entrepris de rechercher mon créateur, en prenant soin de cacher les corps de mes victimes en les brulants. Il y en avait beaucoup … en même temps j’avais soif …











Pseudo/prénom Lulu
Âge: 20ans
Sexe: Si je ne suis pas un homme, je suis ? Je suis ? Je t'aide sa commence par un F
Où as tu connu le forum?: Par mon premier compte, Lucrézia
Tes impressions: Comme la première fois ^^
Double compte: Lucrézia Volturi, ouvre un peu tes oreilles, je te l'ai déjà dit.
Scénarios ou personnage inventé?: Personnage inventé
Le mot de passe: Je sais plus
Mot de la fin: Tout casseeeeeeeeeeeeeeeerr




Spoiler:
 


Dernière édition par Gabrielle Lewis le Ven 8 Fév - 0:57, édité 4 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Edward A. Cullen
« Un larbin du maître cruel et sadique »
avatar
« Un larbin  du maître cruel et sadique »
■ Morsures : 2038

■ Inscrit le : 19/11/2011

■ Localisation : Forks


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Mer 6 Fév - 19:17

WELCOME
Bienvenue petits sucres d'orges!!!! Te voilà maintenant entré dans l'antre de Breaking Blood ... MOUHAHAHA
Non, je plaisante, ici il n'y a que plaisanterie et bonne camaraderie.

* Te voilà donc inscrit mais ta quête de la fifiche ne fait que commencer affraid Si un jour, tu as besoin qu'un super admin ou un super modo te vole à la rescousses, tu nous trouveras cacher (ici)

* Tu as déjà tout finis??? C'est vrai ??? Tu es un vrai speedy gonzales ... Pour qu'un gentil membre du staff te valide, il faut passer par (ici)

* Nous te rappelons qu'à partir de aujourd'hui, il te reste une semaine pour terminer ta fiche pour un personnage prédéfinis et 15 jours pour un personnage inventé. Si tu as besoin d'un délai pour une raison personnel, merci de prévenir le staff. Wink

* En attendant, je te souhaite la bienvenue parmi nous petit padawan
©️ CJ.POMME'&Tumblr
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Talya Leskov
«The Big Bad Wolf »
avatar
«The Big Bad Wolf »
■ Morsures : 760

■ Inscrit le : 18/11/2012

■ Localisation : Forks
■ Age : 25


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Mer 6 Fév - 19:43
Bienvenue parmi nous!!!
Bonne chance pour la suite de ta fiche!


Talya Leskov


Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Black
« I'm a nice wolf »
avatar
« I'm a nice wolf »
■ Morsures : 131

■ Inscrit le : 20/10/2012

■ Localisation : La Push
■ Age : 28




MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Mer 6 Fév - 20:28
Welcome!! Very Happy
Bonne chance pour ta fiche! (:


Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 306

■ Inscrit le : 27/11/2012

■ Localisation : Volterra encore et toujours.


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Mer 6 Fév - 21:17
YEAAAAAAAAAAAAH!!!! Welcome back ma choupette et bonne chance avec ce nouveau compte ^^


Cold is the skin that this creature has seen. Her universe is an ocean of blood. Her dining table the cradle of mud. The night is blind, the mistress she is calling you to be by her side forevermore. Follow her until her thirst is sated. An immortal lie, heartblood. Can't help yourself, she's got you paralyzed. So would you kiss the sun goodbye? She's a vampire.Desire darker than black. She's a vampire reach higher, no turning back. |code by PEPPERLAND
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Lewis
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 13

■ Inscrit le : 06/02/2013

■ Localisation : Nulle part




MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Mer 6 Fév - 21:55
Merci tout le monde ^^
Mouhahaha je sens que je vais biiiieeeen m'amuser avec vous mes petits loulous



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 306

■ Inscrit le : 27/11/2012

■ Localisation : Volterra encore et toujours.


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Mer 6 Fév - 22:10
Au fait j'ai oublié!!!!

GABRIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEELLEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE!!! J'atteeeeeeeeeends bien plus qu'un sentiment!!!


Cold is the skin that this creature has seen. Her universe is an ocean of blood. Her dining table the cradle of mud. The night is blind, the mistress she is calling you to be by her side forevermore. Follow her until her thirst is sated. An immortal lie, heartblood. Can't help yourself, she's got you paralyzed. So would you kiss the sun goodbye? She's a vampire.Desire darker than black. She's a vampire reach higher, no turning back. |code by PEPPERLAND
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Lewis
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 13

■ Inscrit le : 06/02/2013

■ Localisation : Nulle part




MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Ven 8 Fév - 0:57
Voila fiche terminée !!



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Edward A. Cullen
« Un larbin du maître cruel et sadique »
avatar
« Un larbin  du maître cruel et sadique »
■ Morsures : 2038

■ Inscrit le : 19/11/2011

■ Localisation : Forks


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Ven 8 Fév - 16:35

FELICITATION
Bravo Petits sucres d'orges!!!! Vous voila prêt à entrer dans le monde de Breaking Blood. Mais avant de vous lancer à corps perdu dans votre histoire passionnante, il vous reste encore un peu de boulot.... MOUHAHAHA

* Pour le bon déroulement de votre présence parmi nous: n'oublie pas d'ouvrir un topics de rps (ici) et un topic de liens (ici) qui vous permettra à vous et aux autres de discuter sur vos relations et vos histoires.

* Recenser votre avatar (Masculin) ou (Féminin)

*Pour toutes absence merci de nous le signaler également pour le bon déroulement du forum (ici)

* Vous êtes un super héros ???? Il va d'abord falloir passer aux détecteurs du staff pour vos accorder un don (ici)

* Vous adorez BB *.* Vous êtes chou, on vous adore aussi! cependant attention aux comptes à gogo. Pour des demandes de double compte c'est par (ici)

* Pour éviter les sujets de rps finis ou inactifs et surtout ... surtout pour aider les pauvres larbins du maître, merci de passer sur ce topic pour prévenir un membre du staff que votre rp est terminé: (ici)

*Pour tout autres questions, le staff reste a votre entière disposition.
© CJ.POMME'&Tumblr[/i]
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Alan Amaury
« Les mangeurs de raton laveur »
avatar
« Les mangeurs de raton laveur »
■ Morsures : 230

■ Inscrit le : 27/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 26


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange Sam 23 Fév - 19:17
Rebienvenue Lulu ! Very Happy


Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas



MessageSujet: Re: Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange
Revenir en haut Aller en bas

Gabrielle, les noms sont bien trompeurs, je n'ai rien avoir avec un ange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breaking Blood  :: Acceptés-