AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
B.B a fermé ses portes. Bye

Partagez|

Tirer un trait sur le passé pour mieux vivre le présent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Tirer un trait sur le passé pour mieux vivre le présent. Mer 20 Fév - 19:07

Demetri & Hestia Volturi



Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent.

Trois jours. Cela faisait exactement trois jours que Hestia avait eu sa petite crise dans la caverne. Après mainte efforts, j'avais réussi à la persuader de revenir au château. Je ne sais pas comment j'ai fait. Elle était complétement déchainé et rempli de haine. Jusqu'à ce jour, je croyais la connaître. Mais j'avais eu tord. Je ne la connaissais pas. Ou du moins rien de son passé.
En même temps, je ne lui ai jamais demandé car je n'aime pas parlé du passé. Et puis je n'aurais rien à raconté. Vu que je ne me souviens de rien. Pendant longtemps, j'ai cru que c'était de la malchance d'avoir oublié ma vie humaine mais quand j'étais dans la grotte, quand j'ai vu la haine et le chagrin dans ses yeux.
J'ai compris que c'était plutôt de la chance. Je n'avais rien à reprocher à personnes. Parfois j'ai quelques brides de souvenirs. Un jour, j'ai voulu me rendre à Liverpool, ville où je suis né. Le château familiale était en ruine. Et les seules instants que je me rappelai était le visage flou d'un homme entrain de crié et le visage d'une femme souriant. Et cela s'arrêtait là.
Je voulais connaître le passé de Hestia mais était ce vraiment nécessaire ? A part remuer le couteau dans la plaie cela ne servait à rien. Ou peut être que cela pourrait la cicatrisé ? Je ne sais pas, je ne sais plus.


« Demetri, approche. »

La voix d'Aro me sortit de mes pensées, j'avais complétement oublié que je me situé dans la salle des trônes, posté à cotés de la porte. Aujourd'hui c'était le jour où je devais dire à Aro, la position de chaque vampires rivaux ou alliés. Je lui fis un signe de tête et m'avança jusque à l'estrade où se trouver les trônes. Deux gardes apportèrent une table avec la carte du monde. Pour que j'indique chaque position. Aro aura très bien pu lire mes pensées mais Caius et Marcus voulaient également être au courant.
Cela me rassura car je ne voulais pas qu' Aro utilise son don. Il n'apprécie déjà pas très bien Hestia alors s'il voit ce qu'elle a prononcé dans la grotte, il risque de la réprimander ce qui ne lui donnera encore moins l'envie de rester. Je pris le stylo situé à coté de la carte et commença a faire des croix là ou chaque vampires se situé, je leur expliqua chaque positions, chaque ville où ils se trouvaient. Les nouveaux vampires ainsi que les anciens.
Après ce rapport, je sais que les Rois m'enverront avec quelques gardes pour tuer quelques vampires enfreignant les lois. La population vampirique augmentait de jour en jour, ce qui pourrait devenir dangereux pour la survie de notre espèce. Si les humains connaissent notre existence, ils risquent de trouver un moyen pour nous éliminé. Bien qu'ils sont inférieurs intellectuellement, certains pourraient réussir. C'est pourquoi il fallait resté caché.

Une fois mon rapport terminé, Aro m'autorisa de pouvoir quitter mon poste aujourd'hui. J'étais content de cette nouvelle, j'allai enfin pouvoir profité du retour de Lucrézia, je sais qu'elle était partit faire un tour en ville pour renouveler sa garde robe, vu qu'elle n'a presque rien n'emporter de son ancienne maison.
Je me dirigea vers la grande porte pour partir en direction des appartements. Elle devait être dans ma chambre, vu qu'elle l'a sienne avait était donné à Aria a son arrivée.
L'autre chambre pour elle n'était pas encore finit d'être restauré. De ce fait, elle mettait ses affaires dans ma chambre. Ce qui ne me déplaisait guère vu que l'on pouvait passé plus de temps ensemble sans être déranger. Même si ces instants resté cours. Il fallait toujours qu'un garde frappe à ma porte pour me demandé d'aller dans la salle des trônes car les rois doivent m'attribuer une mission. Je soupçonnai Aro de ne pas vouloir me laissé seul trop longtemps avec Lucrézia, à la dernière mission où Lucrézia était avec nous, j'avais demandé aux autres gardes de rentré alors que moi j'allai resté avec elle pour avoir un peu d'intimité mais Jane m'avait interdit.
Elle m'informa qu'Aro lui avait stipulé que l'on devait tous rentré ensemble et que Lucrézia et moi ne devait sous aucuns prétextes s'éloigner plus d'une heure. Une heure, ce n'étais rien. Ou du moins pas suffisant.

Je m’arrêta devant ma porte et rentra dans ma chambre, elle n'y était pas. Elle n'a pas du rentré de sa virée shopping. Je referma la porte et mon regard se posa sur la porte situé à quelques mètres de là. Hestia.
Je pouvais sentir sa présence de la où je me trouvais.
J'étais venu la revoir qu'une seule fois après son retour et elle m'avait directement envoyé balader. Car elle m'avait demandé de la laissé seule et que personne ne vienne la déranger. Mais mon instinct fraternelle est beaucoup plus fort que ma raison. Je tapa à la porte et l'ouvrit.

Elle était assis sur son lit qui trônait au milieu de la pièce. Autour ce n'était qu'un champs de bataille. Des vêtements, des livres, des morceaux de verres anciens vestiges de vases étaient éparpillés à terre, l'étagère autrefois au dessus du bureau était décrochés de ses clous et elle était à terre fissuré à certains endroits. Les grands rideaux violets étaient fermés ne laissant aucunes lumières pénétrait dans la pièce.
Je m'avança vers le lit évitant de marché sur les affaires déchiquetés. Je m'assis au bout du lit et la regarda, Elle avait les yeux creusés et noir, on pouvait apercevoir des petites veines bleus en dessous de ses yeux.
Elle n'avait pas bu depuis plusieurs jours et cela se voyait. Je n'aimais pas la voir comme ça.
Je lui sourit et dit :
« Tu as mauvaise mine, tu comptes faire la gréve de la faim longtemps ? »
Je me rapprocha et enleva une mèche de ses cheveux de devant ses yeux,
«  Je ne suis pas venu ici pour te sermonné mais plutôt pour te kidnapper. Oui je sais, tu va me dire que je t'ai forcé à revenir ici et que maintenant je veux que tu partes, ce qui je l'avoue est insensé. Mais il y a trois cars remplis de touristes qui viennent d'arriver à Volterra. Cela te dirait un petit festin rien que nous deux ? »
Je me leva et ramassa quelques livres pour les posé sur son bureau. C'était une manie chez moi, je détestais le désordre. Tout devais bien être rangé à sa place. Et voir sa chambre dans cet état me donnai envie de tout rangé. En me relevant j'aperçu le miroir. Il était fissuré au milieu. Mais on pouvait tout de même admirer son reflet. Je me contempla et remis mes cheveux vite fait en place, je devais toujours être impeccable quelque soit la situation, peut être c'était du à mon coté maniaque. Je la regarda dans le reflet du miroir. Je lui fit mon plus beau sourire, celui que l'on ne peut rien me refusé et lui dit :
« Du sang frais, fraichement débarqué, tu ne peux tout de même pas refuser ? »
J'écartai les rideaux de la fenêtre et l'ouvrit. On entendait les oiseaux et les passants quelques étages plu bas. Je sentis l'air et dit :
« C'est ton jour de chance, il y a de tout, français, américains, allemands, espagnols, asiatiques, même un troupeau d'adolescents anglais. »

Je voulais passé un moment rien qu'avec elle, voulant tiré un trait sur ce qu'il s'était passé 72 heures plus tôt. Elle avait de la chance de m'avoir, j'en connaitrais plus d'un qui l'aurais envoyé bouler, ne voulant plus lui parlé à cause de ce qu'elle avait fait. Mais je n'étais pas comme ça, je savais que derrière ce masque de colère se cachait une personne qui soufrait intérieurement, et je ne voulais qu'une chose la voir heureuse.










I love them so much. ♥️

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 306

■ Inscrit le : 27/11/2012

■ Localisation : Volterra encore et toujours.


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tirer un trait sur le passé pour mieux vivre le présent. Mer 20 Fév - 20:56




{A quoi bon ressasser le passer lorsque le présent est tout aussi douloureux... } Assise sur son lit qu'elle n'avait pas quitter depuis son retour au château il y a de cela trois jours, elle tenait sa couette qu'elle caressait doucement avec ses doigts fins. L'ennui était total et elle avait enfin réussit à cesser de penser. Dans sa tête le vide régnait, tout comme, la composition de son corps. Une poupée de porcelaine, froide comme le marbre, un monstre tuant des humains pour pouvoir survivre, voilà juste ce qu'elle était depuis plus de cent ans. La guerre de cent ans avait durée moins longtemps que sa vie mais avait fait beaucoup moins de morts. Une seule personne capable de tuer un nombre incalculable d'humain, voici ce à quoi elle était condamnée à cause de stupide roi Aro !
A son retour au château, elle avait une fois de plus songé à le tuer, lui et Marcus, le second surtout pour le libérer de son existence ennuyante. Marcus le grand roi déprimé. Seul Caïus avait une place de choix dans son petit cœur, elle l'aimait bien, et s'amusait toujours à le taquiner. Mais à présent elle n'avait plus envie de rien, ni même de manger, bien que la soif devenait de plus en plus insoutenable et l'affaiblissait un peu plus chaque jours. Cela ne faisait que trois jours qu'elle refusait de se nourrir et s'était enfermée dans sa chambre.
La chambre de la jeune vampire était sombre mais avec un côté baroque romantique. De nombreuses étagères étaient accrochée aux murs, toutes pleines de livres accumulé au fil des années. Sur son bureau se trouvait un joli vase avec quelques fleurs fanées, ainsi que des roses trempée dans du sang étaient fixées à un pan de mur. Mais cela était avant son retour. Maintenant la pièce n'était plus qu'un champ de bataille. La bataille d'Alésia dans une toute petite pièce avec, remplaçant les morts, des morceaux de verre, de bois, des meubles des livres et des plumes d'oreiller jonchant sur le sol.

Hestia avait déjà été en colère, de nombreuses fois d'ailleurs, mais jamais cela n'avait atteins cette limite. Dans la grotte elle avait insulter la personne qui comptait le plus pour elle, l'avait torturé physiquement mais aussi psychologiquement. Elle était bel et bien un monstre d'avoir fait cela. La colère ne pouvait en aucun cas justifier ses actes. Quelque chose s'était brisé dans sa tête et son cœur à la vue de Lucrézia ; le fait d'être aimée. En effet, depuis ce jour elle était effrayée à l'idée d'être abandonnée par Demetri. Elle tenait trop à lui pour le voir s'éloigner d'elle et avait donc préféré partir loin de lui avant de souffrir une nouvelle fois.

Demetri avait la chance de ne plus se souvenir de sa vie humaine, Hestia, elle, malgré les années, n'arrivait pas à oublier les horribles moment qu'elle avait vécue, cela la faisait toujours souffrir, bien qu'elle n'en parlait jamais. Elle avait beau se montrer forte devant tout le monde mais une fois de retour dans sa chambre, elle redevenait une jeune vampire vulnérable et fragile.

Sur son lit, Hestia entendit la porte s'ouvrir et sentit automatiquement l'odeur de Demetri. Il y a trois jour elle lui aurait sauté à la gorge et l'aurait démembré, mais aujourd'hui, elle n'osait même plus le regarder. Elle regrettait les paroles et les gestes qu'elle avait eu à son égard. Ne lui prétant aucune attention elle continuait de jouer avec sa couette, les yeux dans le vide. « Tu as mauvaise mine, tu comptes faire la gréve de la faim longtemps ? » Aucune réponse de sa part. Elle n'avait pas envie de parler. Elle sentit alors la main froide de son frère lui éffleurer le visage pour écarter délicatement une mèche de ses blonds cheveux avant de l'entendre de nouveau. Le son de sa voix était doux. Elle aimait cela comme un humain aime le ronronnement d'un chat. « Je ne suis pas venu ici pour te sermonné mais plutôt pour te kidnapper. Oui je sais, tu va me dire que je t'ai forcé à revenir ici et que maintenant je veux que tu partes, ce qui je l'avoue est insensé. Mais il y a trois cars remplis de touristes qui viennent d'arriver à Volterra. Cela te dirait un petit festin rien que nous deux ? » Elle l'écoutait parler et surveillait du coin de l'oeil se qu'il faisait dans la chambre jusqu'à ce que la lumière du jour l'éblouisse. Cela faisait trois jours qu'elle était dans le noir, et cela ne lui déplaisait pas, bien au contraire. Cela lui avait permis de réfléchir et de ne pas voir dans quel état elle avait mis sa chambre. Se rasseyant faiblement sur son lit elle ouvrit enfin la bouche.

- Désolée, je n'ai pas faim.

Elle hésita de longues minutes avant d'ouvrir de nouveau la bouche.

- Je... enfin tu sais ce qui s'est passé... je n'aurait pas dû...

Hestia ressentait étrangement le besoin de raconter sa vie passée avec son frère.

fiche © CHARNEY


Cold is the skin that this creature has seen. Her universe is an ocean of blood. Her dining table the cradle of mud. The night is blind, the mistress she is calling you to be by her side forevermore. Follow her until her thirst is sated. An immortal lie, heartblood. Can't help yourself, she's got you paralyzed. So would you kiss the sun goodbye? She's a vampire.Desire darker than black. She's a vampire reach higher, no turning back. |code by PEPPERLAND


Dernière édition par Héstia Volturi le Mar 26 Fév - 12:44, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tirer un trait sur le passé pour mieux vivre le présent. Jeu 21 Fév - 14:45




La fille qui était emmitouflé dans ses couvertures ne ressemblai en rien à celle d'il y a 3 jours. Elle étai tellement vulnérable. La voir comme cela, me fissuré le cœur. Il ne me le brisait pas car je savais qu'avec moi, elle était en sécurité.
Dans la grotte, oui elle m'avait fait souffrir, mais elle n'agissait jamais sans raison. Et je ne méritai que ce que j'ai semer. Je lui ai longtemps dit que jamais je ne l'abandonnerai ou ne la quitterai et qu'elle seule régnai sur mon cœur.
Sauf que lorsqu'elle a aperçu Lucrézia, elle a directement du voir une rivale et le faite de voir que j'en aimais une autre qu'elle, a du lui brisé le cœur. Donc au mieux de se renfermé sur elle-même ou de frapper dans un mur, elle a préféré extérioriser sa colère et sa haine sur quelqu'un .. et c'est tombé sur moi. Ce qui est une chance, car si cela aurait était quelqu'un d'autre, peut être que cette personne ne lui aurait jamais pardonné et aurai directement raconté à tout le monde à quel point Hestia était une dégénérée et un danger publique. Ce qui n'est pas le cas.

On a tous une partie démoniaque dans notre corps, chez certaines personnes, elle est omniprésente et elle se dévoile chaque jours sous la violence, l'insulte ou le mépris. Alors que chez d'autre, elle reste enfoui dans l'esprit et lorsqu'elle éclate, elle devient une arme dévastatrice.

Au fond je savais que son seul désir était de quitter Volterra. Mais je préférais la voir ici en sécurité au château car ce qui s'était passé dans la grotte devait resté secret. Ses nerfs avaient lâché et si cela se reproduit en publique cela pourrait être dangereux. Si Aro, apprends l'état de son comportement, il risque de soit l'enfermé sans qu'elle puisse sortir, soit exploité au maximum son don.
Mais ce qu'elle ne savait pas, c'est que si elle quittait les Volturi et qu'elle commet ne serait-ce qu'une erreur. Les rois ne seront pas indulgent et n'hésiterons pas à envoyé quelqu'un la punir ou la tué. Je sais déjà qui serait envoyé pour la mission. Ce serai Félix, Jane, Alec et moi. Sauf que dans cette situation, je ne sais pas ce que je ferais. Je ne la tuerai pas, cela est certain. J'empêcherai n'importe qui de lui faire du mal, quitte à mourir à sa place.
Mais en y réfléchissant, si je n'ai pas le choix et que dans tout les cas, la mort est la seule solution. Je demanderai à la tué. Au moins, je serais certains que sa mort sera rapide et sans douleur.
Mais on a toujours le choix... même dans les pires moments, il y a toujours deux possibilités.
Sa voix me fit sortir de mes pensés. Elle m'annonça faiblement qu'elle n'avait pas faim. Ce qui sonnai totalement faux vu que sa voix, ses yeux et ses cernes la trahissait. Je m'asseye à coté d'elle et elle balbutia :
« Je... enfin tu sais ce qui s'est passé … je n'aurai pas dû. »

Je lui souris, compatissant. C'était bien la première fois qu'elle regrettai ses gestes. Mais c'était la première fois qu'elle agissait ainsi aussi. Je l'a pris dans mes bras et la berça comme avec un enfant

« Chuut. Je ne t'en veux pas. Tirons un trait sur cette histoire d'accord? »

Je m'écarta d'elle et mis une main sur son épaule et l'autre sur sa joue, je lui souris malicieusement et lui dit :
« Mais si tu veux, tu peux te faire pardonner rapidement. Il te suffit de faire seulement deux petites bricoles de rien du tout.. »

Je la regarda avec mon plus beau sourire, elle ne pouvait me dire que oui. Et puis c'était pour elle que je faisais cela. Je voulais juste qu'elle se nourrisse pour reprendre des forces, car ce que j'allai lui demander après aller lui demander beaucoup de force et de courage...










I love them so much. ♥️

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 306

■ Inscrit le : 27/11/2012

■ Localisation : Volterra encore et toujours.


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tirer un trait sur le passé pour mieux vivre le présent. Jeu 21 Fév - 15:34




Demetri avait le don de pouvoir la détendre, la réconforter dans presque toute situation. Elle avait toujours aimé se blottir dans ses bras. Aujourd'hui elle serait resté contre lui pour l'éternité s'il n'avait pas mis fin à ce tendre contact. « Mais si tu veux, tu peux te faire pardonner rapidement. Il te suffit de faire seulement deux petites bricoles de rien du tout.. »

- Je ne veux pas me faire pardonner... Car ce que je t'ai fait ce jour là... cela n'est pas pardonnable Demetri. Mais je veux que tu sache que je regrette...

Elle se leva doucement avec du mal à tenir sur ses jambes, puis se dirigea vers la fenêtre qu'elle ferma à grande vitesse ainsi que les rideau qu'elle serra à pleine poignée afin d'essayer de faire disparaître la brûlure que lui infligeait sa gorge.

Demetri s'inquiétait pour elle, comme toujours, mais pour une fois, il avait une bonne raison. Hestia restait cloîtrée dans sa chambre depuis trois jours sans se nourrir, c'est pour qu'elle ne refuse pas de boire qu'il avait ouvert la fenêtre, espérant la faire réagir. Seulement, elle, elle n'avait aucune envie de faire quoi que ce soit, ni manger, ni se battre, et encore moins voir du monde. D'ailleurs, elle savait parfaitement que lorsqu'elle retournerait travailler, les rois la réprimanderait et qu'Aro lirait dans sa mémoire, apprenant ainsi tout ce qui s'était passé dans la grotte et la puissance de son don... Et puis, le connaissant, il ne se gênerait pas pour dévoiler des brides de son passé, ce qui la fit frissonner à la simple pensée de la réaction de ses frères.

Comme tout le monde, Hestia avait des secrets, une vie passée qu'elle avait toujours refuser de dévoiler à qui que ce soit, cependant, dans sa tête et dans son cœur, le besoin de tout raconter à Demetri se faisait sentir. L'heure était enfin arrivée. Elle devait se confier à lui, non pas pour soulager son cœur et réparer les douleurs, mais plutôt pour ne plus avoir de secrets pour son frère, le mettre dans la confidence. Car au fond, à bien y réfléchir il ne la connaissait pas tant que ça. Fébrilement, elle retourna s'asseoir sur le lit, aux côtés du charmant vampire avec une mine sérieuse.

- Demetri... Je sais que je ne t'ai jamais parlé de ma vie humaine, ni à personne d'autre d'ailleurs. Tu sais à quel point j'ai toujours refusé de parler du passé, mais... Avec les événements d'il y a trois jours... je pense qu'il est temps que... Que tu apprenne à me connaître...

Elle marqua une pause, baissant les yeux pour regarder ses mains jouer avec sa couette, n'osant pas faire face à la future réaction de son adorable frère. Hestia prit une grande inspiration, bien qu'elle n'en avait nullement besoin du fait de son statut de vampire, mais un réflexe d'appréhension.

- Ne m'interrompt pas s'il te plait... Pour faire court, ma vie a été un mélange d'abandon, d'espoir, de désespoir, de souffrance, de viols, de haine, d'errance, et de meurtres... Mais maintenant tout va bien.

Hestia se leva rapidement pour aller nerveusement ramasser les objets brisés sur le sol. Elle avait peur de la réaction de Demetri. Il ne lui ferait aucun mal mais elle était anxieuse malgré tout.

fiche © CHARNEY


Cold is the skin that this creature has seen. Her universe is an ocean of blood. Her dining table the cradle of mud. The night is blind, the mistress she is calling you to be by her side forevermore. Follow her until her thirst is sated. An immortal lie, heartblood. Can't help yourself, she's got you paralyzed. So would you kiss the sun goodbye? She's a vampire.Desire darker than black. She's a vampire reach higher, no turning back. |code by PEPPERLAND
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Demetri Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 293

■ Inscrit le : 20/11/2012

■ Localisation : Volterra
■ Age : 29


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tirer un trait sur le passé pour mieux vivre le présent. Mer 27 Fév - 16:05





« Je ne veux pas me faire pardonner... Car ce que je t'ai fait ce jour là... cela n'est pas pardonnable Demetri. Mais je veux que tu sache que je regrette... »


Elle avait dit ces mots tout en se levant, je la regarda perplexe prêt à la retenir si elle tombai. Elle ferma la fenêtre se qui dissipa l'odeur de la foule humaine présente dehors.
Je ne savais pas comment elle arrivait à se contrôler. J'ai déjà essayer d’arrêter de me nourrir. C'est juste impossible. L'odeur du sang humain est si fort, si alléchant. Peut être que je n'y arrivais pas à cause de mon don. Ayant l'odorat hyper développé même la fenêtre fermée je sentais dehors le sang circulant dans les milliers de veines à l'extérieur de ses 4 murs. Elle ferma les rideaux plongeant la pièce dans la pénombre. Elle se cramponna au rideau comme s'ils étaient la seule solution pour la faire tenir debout et elle se retourna pour revenir s'assoir à mes cotés. Elle dit ne pas vouloir se faire pardonner mais je lui pardonnerai n'importe quoi. Je sais que dans la grotte ce n'était pas vraiment elle, qu'elle n'a pas agit avec sa raison et son cœur mais plutôt avec sa haine et ses nerfs.

Elle s’installa doucement à mes cotés et me regarda avec un air impassible. Je lui souris, compatissant et passa une main autour de ses épaules. Je voyais qu'elle voulait m'avouer quelque chose.

"Demetri... Je sais que je ne t'ai jamais parlé de ma vie humaine, ni à personne d'autre d'ailleurs. Tu sais à quel point j'ai toujours refusé de parler du passé, mais... Avec les événements d'il y a trois jours... je pense qu'il est temps que... Que tu apprenne à me connaître..."


Enfin j'allai savoir. De nature très curieux, j'ai toujours voulu connaître le passé de Hestia, je connaissais le passé de presque tout le monde au château. Enfin surtout quelques passages. Mais Hestia je ne connaissais rien. Seulement que c'était Aro qui l'avait transformé pour l'abandonner. Mais je savais qu'un jour j'allai connaître son histoire car tôt ou tard le passé refait toujours surface.
Une parti de moi ne voulait rien entendre, c'est vrai elle m'a déjà avoué qu'elle avait tué toute sa famille. Qu'es ce qu'elle avait bien pu faire d'autres, qu'elle n'a jamais osé m'avouer. Mais une autre parti voulait tout savoir, voulait la comprendre jusqu'au moindre petits gestes. Au fond de moi, l'épisode de la grotte m'avait blessé mais je ne voulais pas le montrer, elle était assez mal en point en ce moment pour lui dire. Je voulais parler, qu'elle marqua une micro pause et prit une grande respiration comme ci elle avait besoin d'air pour respirer. Mais je savais que c'était plutôt pour m'avouer quelque chose qu'elle avait sur le cœur. Quelque chose qu'elle n'avait jamais révélée.

"Ne m'interrompt pas s'il te plait... Pour faire court, ma vie a été un mélange d'abandon, d'espoir, de désespoir, de souffrance, de viols, de haine, d'errance, et de meurtres... Mais maintenant tout va bien."

En effet, c'était assez court. Je m'attendais à entendre un peu plus mais connaissant Hestia, m'avoir dit cela était déjà énorme.
Abandon, espoir, désespoir, souffrance, viols, haine, errance, meurtres.
Cinq noms pour qualifier son passé. Je voulais tellement qu'elle développe, qu'elle m'explique chaque mots. Mais je ne pouvais pas lui demander plus. Elle était déjà à bout de force et je ne voulais pas l'épuiser encore plus. La seule chose qui me déranger n'était pas ce qu'elle m'avait raconté mais les quatre derniers mots. « Maintenant tout va bien. » Comment osait t elle me mentir ?
Elle se leva et ramassa les objets brisés sur le sol. Je voulais la vérité, je ne voulais pas qu'elle me mente, j'en avais assez des mensonges. Je savais qu'elle allait mal et elle devait quand même se douter que je l'avais remarqué. Je me leva et lorsqu'elle attrapa un livre, je me baissa en face d'elle et attrapa sa main tenant le bouquin.
« Hestia.. Non. Ne me mens pas. Je sais que tout ne va pas bien. Sinon tu ne serais pas dans cet état. Tu te nourrirai, ta chambre serai rangé et tu ne serais pas enfermé ici."

Je marqua une pause, retirant ma main et je l'aida à se relever. Puis je pris ses mains et plongea mon regard dans ses yeux.
« Tu sais Hestia, tu crois que je ne te connais pas car je ne connais pas ton passé. Mais moi, je connais celle qui est arrivé chez les Volturi il y a quelques décennies. Celle qui ne se laisse jamais abattre, celle qui préfère tuer que de se lamenter. Alors Hestia, dit moi réellement ce que tu as sur le cœur. S'il te plait. »

Je la regarda inquiet, son état empiré. Elle devenait pire que blanche, sa peau était aussi translucide que du verre. Ses yeux étaient plus noir que la nuit. Je la prit dans mes bras, collant sa tête contre mon torse. Je ne voulait pas qu'elle se laisse abattre.
« Hestia, bois s'il te plait... Tu sais que le sang c'est du sang, que ce n'est pas juste de la nourriture. Sans ce liquide, tu ne pourras pas survivre et il est hors de question que je te laisse mourir de soif. Si je t'ai ramener ici, ce n'est pas pour te voir te décomposé mais plutôt te faire comprendre que la raison de ton départ n'est pas valable. Certaines personnes ont besoin de toi, tout comme j'ai besoin de toi. Tu dois reprendre des forces.»

Je devais lui demander quelque chose que je savais qu'elle n'acceptera pas. Mais avant il fallait qu'elle boit, ne serait ce qu'un seul litre. Une discussion doit arriver et elle est inévitable.











I love them so much. ♥️

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Hestia Volturi
« Les dentiers sur patte »
avatar
« Les dentiers sur patte »
■ Morsures : 306

■ Inscrit le : 27/11/2012

■ Localisation : Volterra encore et toujours.


Want to know my relationship?
Tes ennemis :
Mon entourage:



MessageSujet: Re: Tirer un trait sur le passé pour mieux vivre le présent. Mer 27 Fév - 21:37




Demetri l'avait stoppé dans son rangement et lui avait parlé en la regardant droit dans les yeux. Le ton de sa voix était réconfortant, comme toujours. Ce vampire était sans doute l'un des plus adorable sur terre, du moins, une fois qu'on le connaissait bien. Hestia avait cette chance de l'avoir à ses côtés. Mais depuis toutes ses années, elle n'avait jamais eu le courage de lui parler de son passé, de sa vie humaine. C'était des souvenirs qu'elle espérait un jour oublier. Cela avait commencé à fonctionner d'ailleurs, mais le retour de Lucrézia avait tout fait resurgir.
Demetri ne voulait plus de mensonge de sa part... Elle voulait aussi lui parler, soulager le poids qu'elle avait sur ses épaules, et peut-être qu'au final, le moment était venus.

- Elle est revenue Demetri !! Elle est revenue et à rapporté avec elle une tonne de souvenirs que j'aimerais tant oublié. Elle n'a pas seulement remuer le couteau de l'abandon dans la plaie, non, mais avec elle, toute ma vie passée ! Elle... Je la considérait comme une grande sœur, Dem. Alec venait de me ramener et de suite elle m'a prise sous son aile. Ce que j'avais toujours voulus je pensais l'avoir trouvé. Une famille aimante. En Lucrézia je...je voyais cette famille que je n'avais jamais eu. Demetri, je n'ai jamais eu de vraie famille aimante. J'ai été abandonnée le jour même de ma naissance, j'ai... J'ai vécue de nombreuses années dans un orphelinat en voyant mes amies se faire adopter. Quand mon tour fût enfin venu, j'ai eu la chance d'atterrir dans une famille bourgeoise avec un grand frère et des sœurs. J'avais la belle vie Demetri, je portais de jolies robes, j'avais pleins de poupées et j'allais dans une école privée pour apprendre les bonnes manières. J'étais heureuse, j'avais enfin trouvée une véritable famille. Mais la vie de princesse s'est arrêtée alors que je n'étais encore qu'une enfant. Non je n'ai pas été renvoyée à l'orphelinat, quoi que j'aurais préféré, non ! AU lieu de cela tu sais ce qui s'est passé ? Je suis devenue une Cendrillon. Je devais aider à faire la cuisine, et parfois on m'autorisait à faire le ménage. Je n'avais que dix ans à peine Demetri. On m'a bercé d'illusion, et je n'était qu'une enfant ! Une petite fille avec de jolies boucles dorées qui est devenue du jour au lendemain une souillon. Je... Je ne sais pas si tu imagine le traumatisme que j'ai subis à ce moment. Je... Je... Je voulais simplement être encore leur fille Dem. Au début j'ai pensé que c'était une punition car j'avais fais une bêtise mais plus les jours et les semaines passaient et plus je prenais conscience de mon nouveau statut. Condamnée à éplucher des légumes toute la journée voyant mes sœurs et mon frère venir me narguer avec leur joli vêtements et jouets, je les enviais tellement...

Hestia marqua une petite pose afin de s'asseoir, elle tremblait de tous ses membres et voulait pleurer mais c'était impossible pour elle. Sur le bord du lit elle passa ses mains dans ses cheveux avant de reprendre son histoire.

- Plus les années passaient et plus les choses empiraient, je grandissais et aurait pu devenir une jolie jeune fille qu'un jeune homme de bonne famille aurait pût épouser. A cette époque j'avais quatorze ans, mais je rêvais toujours du prince charmant. C'est stupide je sais, et au lieu de rencontrer le prince charmant j'ai eu plusieurs fois la visite du fils du Diable. Ce grand frère avec qui je jouais enfant, venait, presque toutes les nuits dans ma chambre. Pas pour dormir, oh non. Il me violait chaque fois qu'il en avait l'occasion, j'avais beau hurler, pleurer, il ne s’arrêtait pas... Au bout de nombreuses semaine j'ai finis par me laisser faire, au moins cela m'évitait de prendre des coups. Cela à duré deux ans, le jour même de mes seize ans j'ai profité de la sortie matinale, consacrer à aller au marché acheter des légumes, pour m'enfuir. J'ai fuit cette ville atroce, à travers les bois. Je vivais de vols de nourriture et d'argent, j'avais pris mes poupées avec moi, vestiges de cette vie horrible, et cela m'a permis de faire des petits rôle de marionnettes quelques temps avant d'être engagées par un cirque. Ce n'était pas une famille mais tout le monde s'entendait bien, c'était chouette ! J'ai vécue ainsi de nombreuses années, avant d'être mordue par Aro, à dix-neuf ans, alors que je me promenais tranquillement. Dem je... Je voulais vivre ! Je n'avais plus de rêves, mais j'aimais mon job, et je ne voulais pas mourir. Aro a décidé pour moi avant de m'abandonner. Plus d'une trentaine d'années d'errance à travers le monde, pendant lesquelles j'ai rencontré quelques vampires dont un qui a fait chavirer mon cœur. Un ami d'Alan, Dante qu'il s'appelle. Notre relation n'a duré que quelques semaines mais je croyais être tombée amoureuse de lui. Puis lui aussi à son tour il m'a abandonnée. Et la suite tu la connais.
En revenant ici Lucrézia à fait remonter tout ces souvenirs en moi et surtout ma plus grande crainte. Demetri je t'aime. Je tiens tellement à toi, que si tu venais à me laisser toi aussi j'en mourrais, c'est d'ailleurs ce qui est entrain de se passer. Tu vas vivre avec elle, sans doute ailleurs qu'ici et... et... Je ne suis pas à la première place dans ton cœur et ça, ça fait atrocement mal. Nous étions bien tout les deux mais cela ne t'as pas suffis. Tu as été la chercher Demetri. Pourquoi ? C'est... Imagine toi à la place de Jane voyant Alec débarquer avec son humaine.


Elle parlais, encore et encore, à toute vitesse, enchaînant chaque mots, chaque phrases comme si elle venais de trouver l'idée du siècle et qu'elle avait peur de l'oublier. Elle ne pouvait pas s'arrêter, elle avait l'impression de devenir folle.

- Demetri je suis prête à mourir pour te garder à mes côtés ! Alors oui je suis possessive mais c'est comme ça, je n'y peux rien. J'ai trop souvent été mise aux oubliettes que je ne veux plus que cela se reproduise, surtout pas avec toi. Si je te perds, je perds ma propre vie. Est-ce que tu comprends ça ? Je sais que tu l'aimes, oh oui je l'ai compris et ça se voit tellement dans tes yeux que si lors d'une bataille tu devais en sauver qu'une tu la choisirait elle.

A cette dernière phrase sa gorge se noua de tristesse et elle se laissa glisser sur le sol.

fiche © CHARNEY



Cold is the skin that this creature has seen. Her universe is an ocean of blood. Her dining table the cradle of mud. The night is blind, the mistress she is calling you to be by her side forevermore. Follow her until her thirst is sated. An immortal lie, heartblood. Can't help yourself, she's got you paralyzed. So would you kiss the sun goodbye? She's a vampire.Desire darker than black. She's a vampire reach higher, no turning back. |code by PEPPERLAND
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas



MessageSujet: Re: Tirer un trait sur le passé pour mieux vivre le présent.
Revenir en haut Aller en bas

Tirer un trait sur le passé pour mieux vivre le présent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Questionnaire pour mieux se connaître
» LE PASSÉ POUR MIEUX COMPRENDRE LE PRÉSENT ET BIEN PRÉPARER L'AVENIR
» Votre maison - Tout pour bien vivre chez soi
» AGIR AUJOURD’HUI POUR MIEUX VIVRE DEMAIN
» 7 logiques à appliquer pour mieux vivre la vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breaking Blood  :: Le château-